Critique : Volume 50 - Études des médias

Critique : Volume 50 - Études des médias

Les acheteurs sont interdits parce qu'ils ne correspondent pas à la facture, les automobilistes ciblés tandis que les vrais méchants gagnent la journée, la santé et la sécurité devenant une blague malade et Big Brother mettant un frein à notre liberté, notre plaisir et nos fantaisies. Oui, nous sommes devenus un pays si politiquement correct que presque tout ce que nous faisons est criminel. La "police de la pensée" qui empoisonne toutes les institutions, depuis l'éducation et l'énergie jusqu'aux conseils et églises, a maintenant un livre de règles si rigide que la vie quotidienne est un danger pour nous tous. Est-ce que tout cela vous rend si furieux que vous voulez émigrer ? Ou vous moquez-vous simplement des excentricités qui sont pour toujours l'Angleterre ? (Oh et l'Irlande, l'Écosse et le Pays de Galles aussi !). Dans ce livre, nous avons compilé le harcèlement qui a fait les gros titres des gens ordinaires au cours de l'année. Nous espérons que vous pourrez voir le côté amusant d'un pays « Credit Crunch » qui souffre également de « Credibility Crunch ». Certains contes sont pitoyables, d'autres mesquins et d'autres carrément pédants - mais tous font écho aux refrains de Fool Britannia.


Critique : Volume 50 - Études des médias - Histoire

MIT Press Open Architecture and Urban Studies est une solide collection numérique de livres d'architecture et d'études urbaines classiques et auparavant épuisés sur notre plate-forme eBook dédiée, MIT Press Direct. La collection a été financée par une subvention de la Fondation Andrew W. Mellon dans le cadre du programme de livre ouvert sur les sciences humaines, qu'ils ont coparrainé avec le National Endowment for the Humanities.

Pendant des années, la MIT Press a répondu aux demandes d'éditions numériques des ouvrages classiques épuisés énumérés ci-dessous. Bon nombre de ces textes fondateurs ont été publiés avant l'avènement des livres électroniques et sont restés non numérisés en raison d'exigences de conception complexes et du coût prohibitif des autorisations d'image.

Désormais, grâce au financement de la Fondation Mellon et grâce aux efforts d'une équipe de numérisation avertie en accès libre, la presse du MIT a pu obtenir des autorisations d'images et également solliciter de nouvelles préfaces qui apportent de nouvelles connaissances sur bon nombre de ces textes classiques. . De nombreux titres seront également disponibles sur la plate-forme en libre accès PubPub où les lecteurs pourront interagir et annoter les œuvres avec un contexte contemporain et des lectures connexes.


3 études de cas : pourquoi les entreprises déclinent dans le Top 50 de DiversityInc

Pour vous montrer ce qu'il ne faut PAS faire, nous vous proposons trois études de cas d'entreprises que nous étudions depuis plus d'une décennie. Tous ont été les premiers leaders de la diversité et figuraient régulièrement dans la liste des 50 meilleurs de DiversityInc. Tous sont tombés ou descendus dans la liste au cours des deux dernières années. Ils proviennent de trois secteurs d'activité très différents, démontrant que la perte d'initiative ou le changement de priorités se produisent partout. Les noms et les informations révélatrices de ces entreprises ont été déguisés, mais les leçons tirées de leurs actions sont assez évidentes.

Étude de cas n° 1 : Entreprise non technique, orientée vers le consommateur et interentreprises

La situation: Il y a dix ans, cette grande entreprise était considérée comme l'un des premiers leaders en matière de diversité, avec ses avantages sociaux et professionnels, ses taux élevés d'embauche et de promotion des femmes, et son discours public fréquent sur le fait d'avoir une culture d'entreprise inclusive. C'était un pilier du Top 50 de DiversityInc, atteignant un rang très élevé un an. Le directeur de la diversité, qui a pris ses fonctions à peu près à cette époque, a rejoint de nombreuses organisations liées à la diversité et était un visage visible de la diversité d'entreprise dans la presse grand public. Même si le PDG ne faisait pas de déclarations personnelles sur son engagement envers la diversité, il tenait les hauts dirigeants responsables des résultats et rencontrait les dirigeants des groupes d'employés-ressources. La représentation dans la main-d'œuvre et les cadres inférieurs était diversifiée sur le plan racial, en particulier par rapport aux moyennes de l'industrie, mais il restait un écart aux niveaux supérieurs de la direction.

Qu'est-il arrivé: Ces dernières années, cette entreprise est tombée du Top 50 de DiversityInc, car sa représentation de tous les groupes, y compris les femmes, a diminué par rapport aux autres entreprises participantes et dans son secteur. La principale raison de la baisse : un changement de PDG entraînant une réduction des efforts/de la responsabilité. Cette entreprise, comme beaucoup d'autres, a été durement touchée par les turbulences économiques des trois dernières années. Le directeur de la diversité, qui ne parlait pas de diversité en termes commerciaux, ne pouvait pas maintenir la diversité comme un impératif commercial. L'entreprise a même supprimé la section diversité de sa page d'accueil.

Parce que le CDO n'a pas suivi la participation aux groupes de ressources des employés ou n'a pas de mesures pour le mentorat et la diversité des fournisseurs, il n'y avait aucun moyen d'évaluer ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas et quelles ramifications cela avait sur le résultat. Le directeur de la diversité n'avait pas un accès fréquent au PDG ou à ses subordonnés directs, rapportant à deux niveaux au directeur des ressources humaines. Le CDO était strictement considéré comme un membre du personnel dont les conseils commerciaux n'étaient pas pris en compte.

Les résultats: Au fur et à mesure que d'autres entreprises ont innové et ajouté des pratiques de gestion de la diversité (et le DiversityInc Top 50 a changé pour refléter l'importance de ces nouvelles pratiques), cette entreprise a en fait abandonné les meilleures pratiques. Le PDG ne rencontrait plus les groupes d'employés-ressources ni n'approuvait les objectifs de diversité des fournisseurs. Des pistes de carrière alternatives pour les employés ayant des problèmes familiaux à long terme n'étaient pas proposées. La participation de la direction au mentorat formel et interculturel a considérablement diminué.

Ces résultats se sont reflétés dans les chiffres de représentation de l'entreprise, qui ont montré une baisse encore plus rapide de la diversité raciale et de genre aux premiers rangs ainsi que des écarts importants de rétention lorsqu'on les examine par race/ethnicité. Alors que l'entreprise réduisait ses effectifs, les Noirs et les Latinos partaient à un rythme trois fois supérieur à celui des Blancs.

Les solutions: La culture d'entreprise de cette entreprise a radicalement changé au cours des trois dernières années en raison de réductions d'effectifs, d'acquisitions et d'un recentrage sur son cœur de métier essentiel à sa survie. C'est donc le moment idéal pour une réévaluation du rôle de la diversité et un nouveau directeur de la diversité, un cadre supérieur de la ligne d'activité qui aurait une crédibilité importante auprès du PDG et de ses subordonnés directs. Dans le cas de cette entreprise dont la culture d'entreprise est en train d'être reformulée, un CDO externe pourrait être très efficace et apporter de nouvelles perspectives business. Ou un CDO au sein de l'entreprise qui a dirigé une unité commerciale ou qui a eu une responsabilité majeure P-and-L apporterait une nouvelle crédibilité aux efforts de diversité. Les CDO de ce milieu sont de plus en plus appréciés dans les 50 meilleures entreprises de DiversityInc et sont généralement en rotation de trois ans, menant souvent à des promotions majeures par la suite.

Ce responsable de la diversité doit également rendre compte directement au PDG. Considérez ceci : il y a cinq ans, seulement 15 % des responsables de la diversité relevaient directement du PDG et presque tous relevaient du responsable des ressources humaines. Aujourd'hui, 30 % relèvent directement du PDG et moins de la moitié relèvent des RH.

Le facteur le plus critique dans ce réalignement est d'obtenir le soutien du PDG. Des faits concrets démontrant comment les organisations compétitives ont réussi à développer leur base de consommateurs, ainsi que leur clientèle B-to-B grâce à leurs efforts de gestion de la diversité, sont essentiels. Tout ce qui est présenté au PDG doit être axé sur les affaires et démontrable avec des données valides montrant la corrélation entre l'augmentation de la représentation diversifiée, l'engagement des employés, la productivité et l'innovation.

Étude de cas n° 2 : Entreprise axée sur les consommateurs et dépendante de la marque

La situation: Un leader de la diversité depuis plusieurs années, et également un pilier du Top 50 DiversityInc, a fortement chuté sur notre liste.

Qu'est-il arrivé: L'entreprise, qui avait lié 20 pour cent de la rémunération des cadres supérieurs aux mesures de la diversité, a décidé d'éliminer toute rémunération liée à la diversité parce que ses dirigeants pensaient que le progrès se produirait intrinsèquement. Un nouveau PDG a décidé de ne pas continuer à surveiller ou à approuver la responsabilité des dirigeants. Dans le même temps, l'entreprise a supprimé la formation obligatoire sur la diversité pour son personnel, estimant qu'elle n'était plus nécessaire. Ses dirigeants ont utilisé l'expression "La diversité est dans notre ADN".

Les résultats: Les pourcentages de représentation dans la main-d'œuvre, les nouvelles embauches et la gestion des Noirs et des Asiatiques ont chuté de façon spectaculaire, à un moment où les concurrents, en particulier dans cette industrie, ont connu des augmentations significatives. L'entreprise s'est engagée à utiliser ses groupes de ressources d'employés comme moyen d'atteindre des clients multiculturels, mais leur nombre de participation est également en baisse.

Les solutions: Cette entreprise doit examiner de près son conseil de la diversité, composé de ses cadres supérieurs, et doit réinstituer et revigorer sa méthode de responsabilisation des cadres quant aux résultats en matière de diversité. Des recherches récentes de DiversityInc sur les conseils de la diversité ont révélé que les conseils les plus efficaces sont constitués du PDG et du comité exécutif, du responsable de la diversité et des postes tournants pour les dirigeants des groupes d'employés-ressources. Ces conseils fixent des objectifs de représentation à l'échelle de l'entreprise et relient directement les primes de tous les cadres supérieurs des conseils aux résultats à l'échelle de l'entreprise, ainsi qu'aux résultats au sein de leurs propres unités commerciales/domaines de responsabilité.

Le pourcentage moyen de rémunération des dirigeants de DiversityInc Top 50 directement lié aux objectifs de diversité est de 10 pour cent, mais la fourchette va jusqu'à 35 pour cent. Cette entreprise devrait revenir à au moins le bonus de rémunération à la diversité de 20 % qu'elle avait il y a deux ans et admettre que son expérience a été un échec. Il est clair que sans mesures liées à la rémunération, l'amélioration numérique ne se produira pas, tout comme les objectifs de vente ne seraient pas atteints sans l'incitation à la commission/bonus si essentielle au succès de cette entreprise.

De plus, cette entreprise doit reconnaître la valeur de la formation obligatoire sur la diversité pour l'ensemble de son personnel afin d'accroître les compétences culturelles, ce qui favorise l'engagement des employés. Le déclin de la participation à ses groupes d'employés-ressources est synonyme d'un échec croissant de sa culture à engager TOUS les employés et à les mettre à l'aise dans une culture inclusive.

Étude de cas n° 3 : Entreprise technologique

Qu'est-il arrivé: Également un pilier de longue date du Top 50 de DiversityInc, le PDG de cette entreprise a déterminé que la diversité était un objectif qui avait déjà été atteint et qu'un effort accru n'était pas nécessaire, malgré la présence d'une concurrence accrue.

La situation: Le manque de représentation diversifiée de cette entreprise à ses niveaux supérieurs n'a pas eu un impact majeur il y a cinq ans, car les autres entreprises étaient confrontées à un manque de diversité similaire. Mais comme d'autres entreprises progressistes ont mis en place de gros efforts pour développer rapidement la diversité dans leur planification de la succession, cette entreprise n'a pas fait et a estimé que ce n'était pas nécessaire. L'entreprise n'a pas non plus réussi à suivre le rythme de ses concurrents, qui comptent de plus en plus sur les groupes d'employés-ressources à la fois pour le développement des talents et pour identifier les lacunes dans la culture d'entreprise qui doivent être comblées.

Les résultats: Le leadership au sommet de l'organisation reste entièrement blanc et à 90 pour cent d'hommes, tandis que d'autres entreprises de la liste ont fait des percées significatives. Le Top 50 DiversityInc 2010 compte en moyenne 14 pour cent de Noirs, Latinos et Asiatiques et 24 pour cent de femmes au plus haut niveau, et ces pourcentages augmentent chaque année et à un rythme plus élevé que les entreprises ne figurant pas sur la liste.

Cette entreprise a vu son pourcentage d'employés participant à des groupes de ressources d'employés réduit de moitié (de 10 % à 5 %) tandis que la moyenne du Top 50 de DiversityInc est passée de 16 % à 24 % au cours de la dernière année seulement (et était de 5 % cinq il y a des années).

Les solutions: Le manque de diversité au plus haut niveau et au niveau de la planification de la succession juste en dessous des rapports directs du PDG envoie un message clair aux cadres de toute l'entreprise qu'ils doivent aller ailleurs s'ils veulent un emploi de haut niveau. Cela crée un effet de spirale qui empêche l'innovation exécutive pour résoudre ce problème.

Elle se répercute à tous les niveaux, comme en témoignent la participation aux groupes d'employés-ressources et la difficulté de cette entreprise à trouver des leaders pour ses GRE. Là où ses ERG étaient autrefois chargés de créer des campagnes publicitaires qui résonnaient avec les marchés noirs et latinos et augmentaient directement les revenus, ils sont aujourd'hui principalement utilisés pour créer des festivals du patrimoine et assister à des foires universitaires.

L'entreprise doit lancer une campagne interne concertée sur les avantages spécifiques de rejoindre un ERG, y compris la formation au développement du leadership, l'avancement de carrière grâce à l'exposition aux cadres supérieurs et la capacité de faire entendre vos idées sur des solutions commerciales innovantes. Les vidéos personnelles sur l'intranet sont un moyen très efficace d'atteindre les membres potentiels de l'ERG.


Un argument critique commun

Les critiques du modèle, comme August Piper Jr., soutiennent que la logique de l'affirmation selon laquelle les traumatismes de l'enfance provoquent la folie démontre un grave défaut. Si l'affirmation était vraie, soutiennent les critiques, l'abus de millions d'enfants au fil des ans aurait dû causer de nombreux cas de folie, mais aucune preuve n'existe. [11]

Arieti avait abordé cette ligne d'argumentation, déclarant que les seules personnes devant lesquelles les jeunes êtres humains sont vulnérables sont celles auxquelles ils sont liés émotionnellement dans l'enfance. Un passage de Interprétation de la schizophrénie, publié à l'origine en 1955, met en lumière le cœur du modèle du traumatisme :

Tout d'abord, nous devons répéter ici ce que nous avons déjà mentionné [. ], que les conditions de danger extérieur évident, comme dans le cas des guerres, des catastrophes ou d'autres adversités qui affectent la collectivité, ne produisent pas le type d'anxiété qui blesse le moi intérieur et ne favorisent pas elles-mêmes la schizophrénie. Même l'extrême pauvreté, la maladie physique ou les tragédies personnelles ne conduisent pas nécessairement à la schizophrénie, à moins qu'elles n'aient des ramifications psychologiques qui blessent le sens de soi. Même les foyers brisés par la mort, le divorce ou l'abandon peuvent être moins destructeurs que les foyers où les deux parents sont vivants, vivent ensemble et minent toujours la conception qu'a l'enfant de lui-même. [12]


Notre histoire de l'entreprise

Depuis plus de 110 ans, nous aidons à créer des marques et à façonner l'industrie de l'out-of-home.

  • 2015
  • Clear Channel Outdoor Americas exploite la plate-forme d'achat d'audience de Vistar Media pour améliorer les campagnes OOH numériques des annonceurs
  • Clear Channel Outdoor Americas et Vertical Bridge annoncent un partenariat national historique pour le déploiement sans fil sur les panneaux d'affichage
  • La CCOA lance la campagne de panneaux d'affichage « WhatsInaName » TimeSquare avec Coca-Cola, propulsée par Google
  • Le National Center for Missing & Exploited Children, Clear Channel Outdoor Americas et Clear Channel Airports lancent une campagne d'un an « Soyez ici pour les enfants » à l'occasion de la Journée nationale des enfants disparus
  • Scott Wells devient PDG de Clear Channel Outdoor Americas
  • 2014
  • BlueFocus Communications Group et Clear Channel Outdoor Partner vont promouvoir des marques chinoises de premier plan aux États-Unis
  • Clear Channel Outdoor lance « Connect », la première plateforme mondiale de publicité interactive mobile hors domicile
  • Clear Channel Airports et Adlux créent le premier réseau mondial de publicité numérique privée pour l'aviation
  • Le système de transport métropolitain de San Diego (MTS) exploite Clear Channel Outdoor pour étendre les médias d'abribus
  • 2013
  • Clear Channel lance Show Your Stripes - une initiative de service communautaire à l'échelle de l'entreprise pour résoudre le problème du chômage parmi les vétérans militaires américains et pour encourager les entreprises à embaucher des vétérans qualifiés.
  • Clear Channel Outdoor enflamme la célébration du 4 juillet avec le premier affichage de panneau d'affichage numérique de cross-country de "The Star Spangled Banner"
  • Lady Gaga s'associe à Clear Channel Outdoor pour le dévoilement mondial exclusif de la nouvelle pochette d'album d'ARTPOP
  • Clear Channel lance « AIR Chicago », la toute première station de radio 24h/24 dédiée à l'information aéronautique dans les aéroports internationaux O'Hare et Midway de Chicago
  • Une étude menée par CCO révèle que les campagnes numériques hors domicile qui ignorent les caractéristiques uniques du numérique représentent une opportunité manquée de 2,3 milliards de dollars par an pour le secteur publicitaire mondial.
  • CCO tire parti de l'immédiateté du numérique pendant les attentats du marathon de Boston, en déployant des unités locales pour les messages d'urgence et les alertes de sécurité publique.
  • CCO déploie des réseaux de consommateurs, un portefeuille de produits d'extérieur présélectionnés pour aider à rationaliser l'achat de médias et à mieux engager les publics clés.
  • Clear Channel Airports remporte le prix International Digital Signage 2013 pour l'interactivité pour l'exécution révolutionnaire du « Vol de la mine » par GE Canada.
  • Clear Channel Airports sélectionné par l'aéroport international de San Francisco (SFO) pour fournir des solutions de médias numériques et de parrainage améliorées dans les terminaux de l'aéroport de SFO.
  • 2012
  • Le CCO renforce son équipe de direction pour stimuler la dynamique de la publicité extérieure, en nommant William Eccleshare, PDG de Clear Channel Outdoor Holdings, Inc., Rocky Sisson, directeur des revenus, Vicki Lins, directrice du marketing et Suzanne Grimes, présidente/directrice de l'exploitation.
  • Clear Channel Airports lance ClearVision, un service de réseau numérique offrant un contenu personnalisé.
  • CCO, en collaboration avec Clear Channel Media + Entertainment, lance les débuts multimédias internationaux massifs du single de Madonna "Give Me All Your Luvin'". La chanson fait ses débuts sur les stations de radio Clear Channel, iHeartRadio et le clip vidéo complet est diffusé sur les écrans numériques de CCO sur les principaux marchés américains et internationaux.
  • 2011
  • Bob Pittman nommé PDG de Clear Channel Media Holdings, supervisant la radio, le numérique et l'extérieur
  • 2010
  • Matériau écologique maintenant utilisé sur les bulletins.
  • National Sales Group (NSG) formé pour mieux répondre aux besoins des annonceurs nationaux.
  • CCO vend l'activité Taxi Media à Verifone.
  • 2009
  • Ron Cooper devient président-directeur général de CCO Amériques.
  • Le partenariat FBI-Clear Channel Outdoor conduit à l'arrestation de 13 fugitifs.
  • CCO passe au vert, leader de l'industrie dans le recyclage des éco-affiches.
  • 2008
  • Les unités numériques à l'échelle nationale offrent des informations primaires actualisées sur les élections, atteignant plus de 5 millions de téléspectateurs.
  • CCO travaille directement avec le Centre national pour les enfants disparus et exploités, s'engageant à offrir des opportunités nationales d'alerte Amber sur toutes les unités numériques.
  • 2007
  • Les premiers tests d'Amber Alert se terminent sur les supports numériques. Le système est mis en ligne à Las Vegas.
  • Cinq autres villes intègrent les médias numériques, dont Los Angeles.
  • CCO est le pionnier d'un partenariat avec le Federal Bureau of Investigations (FBI) des États-Unis pour utiliser le numérique pour les fugitifs recherchés.
  • 2006
  • CCO acquiert Interspace Airports, ajoutant plus de 190 aéroports de petite et moyenne taille à son inventaire publicitaire.
  • Clear Channel Communications, Inc. conclut un accord de fusion avec un groupe de capital-investissement codirigé par Bain Capital Partners, LLC et Thomas H. Lee Partners, L.P.
  • 2005
  • CCO devient la première entreprise de plein air à utiliser les DEC actuels audités par le TAB.
  • La société met en œuvre WebPOP, un site de preuve de performance en ligne, offrant aux annonceurs un accès immédiat à la progression de la campagne.
  • Paul Meyer est nommé Global President/COO de Clear Channel Outdoor.
  • CCO-Cleveland dévoile un réseau de sept écrans d'affichage LED de haut niveau, ce qui en fait le premier marché à avoir une empreinte numérique.
  • Clear Channel Outdoor Holdings, Inc. dépose auprès de la Securities and Exchange Commission un formulaire S-1 pour son offre publique initiale (IPO) prévue de ses actions ordinaires.
  • 2004
  • Paul Meyer élu président de l'OAAA.
  • CCO explore de nouvelles technologies qui permettent la signalisation à distance et dynamique. Michael Hudes est nommé EVP, Corporate Development, chargé de faire de l'affichage dynamique une réalité.
  • CCO a obtenu une franchise pour fournir de la publicité sur les bus NCTD opérant dans le comté de North San Diego.
  • Quatre-vingts écrans de rue de Manhattan sont convertis en le premier réseau numérique de l'entreprise, commercialisé sous le nom de « Digital Street Network ».
  • L'extérieur domestique dépasse le milliard de dollars de revenus.
  • 2003
  • CCO choisit Arbitron et Scarborough Research pour les services d'information sur tous les marchés extérieurs des États-Unis.
  • CCO-Los Angeles reçoit le Silver Bell Award 2003 pour son service communautaire.
  • Clear Channel Adshel et la ville d'Oakland consacrent un programme de mobilier urbain à l'échelle de la ville.
  • 2002
  • CCO fusionne avec Ackerley Media Group.
  • Clear Channel Airports (division Chicago O’Hare) se classe parmi les 50 meilleurs médias BtoB de 2002 pour sa capacité unique à atteindre les voyageurs d'affaires.
  • Paul Meyer nommé président-directeur général.
  • Karl Eller prend sa retraite et reçoit un prix pour l'ensemble de ses réalisations de l'OAAA.
  • Lancement de Fast Pitch, le premier générateur de propositions de vente en ligne du secteur.
  • 2001
  • Eller fête ses 100 ans.
  • La société annonce la toute première grille tarifaire « en temps réel » de l'extérieur via son site Web.
  • Eller lance des changements radicaux de normalisation de l'industrie pour la preuve de performance en réponse aux besoins des clients.
  • Eller Media Company change officiellement de nom en Clear Channel Outdoor (CCO) pour marquer son engagement envers la stratégie de la société mère visant à créer une marque mondiale.
  • 2000
  • Eller acquiert les unités d'Ackerley Media sur les marchés de Miami et de West Palm Beach. Cet ajout augmente considérablement le nombre total de produits d'extérieur d'Eller sur ces marchés clés de la Floride.
  • Un accord de partenariat avec Spectacolor est finalisé, positionnant Eller comme la première société de publicité extérieure à Times Square.
  • L'acquisition d'Urbamex, basée en Espagne, accélère rapidement l'avantage d'Eller dans les médias extérieurs au Mexique.
  • Eller entre dans l'industrie de la publicité pour les taxis avec l'acquisition de Taxi Tops. Eller renomme le nouvel actif Eller Taxi Media.
  • L'acquisition de Donrey Outdoor ajoute 10 nouveaux marchés à la liste du marché américain d'Eller. Eller rachète Procom, la principale société chilienne de publicité extérieure.
  • 1999
  • Eller acquiert Mall Communications Network, devenant ainsi le leader de la publicité dans les centres commerciaux aux États-Unis.
  • Paul Meyer est nommé président/directeur de l'exploitation d'Eller Media Company en remplacement de Scott Eller qui devient vice-président.
  • Le groupe More devient Clear Channel International et représente toutes les propriétés médiatiques internationales de Clear Channel.
  • Eller termine le siècle alors qu'elle a commencé à rester la première société de publicité extérieure aux États-Unis en matière de service client et de présence sur le marché.
  • 1998
  • Clear Channel Communications acquiert le groupe More présent dans 25 pays. La société opère désormais sur 33 principaux marchés américains et 25 pays, avec plus de 200 000 affichages publicitaires.
  • Lancement du site Internet d'Eller Media.
  • Joe Blackstock, archiviste/historien de l'entreprise et vétéran de l'industrie depuis 58 ans, décède.
  • 1997
  • Société vendue à Clear Channel Communications de San Antonio.
  • Scott Eller devient président et chef de l'exploitation
  • Eller acquiert 4 000 présentoirs d'abribus dans les comtés de Los Angeles et d'Orange, et dans le nord de San Diego auprès de Metro Display Advertising.
  • La société distribue 20 affiches de l'industrie automobile américaine commémorant un siècle de publicité extérieure automobile classique.
  • Karl Eller organise une réunion d'anciens employés de F&K, Pacific Outdoor et Eller à Los Angeles.
  • Clear Channel Communications achète la grande Universal Outdoor Co. La division Eller Outdoor compte désormais 88 000 faces d'affichage.
  • 1996
  • Usine d'abris de transit développée pour couvrir l'essor de San Jose/Silicon Valley dans le nord de la Californie.
  • Prix ​​“Ellie” créé pour reconnaître l'excellence créative dans la publicité extérieure.
  • 1995
  • Patrick Mall Displays ouvre ses portes dans les centres commerciaux de West Los Angeles et d'Orange County.
  • Acquérir le contrat de publicité côté bus de Sam Trans couvrant les itinéraires de Bayshore Transit dans le comté de San Mateo.
  • Le département de peinture de L.A. a été chargé de peindre trois fresques murales géantes sur les scènes sonores de Fox Studios, dont ce mur pour "The Seven Year Itch", mettant en vedette Marilyn Monroe et Tom Ewell.
  • PMG co-sponsorise l'équipe de course automobile nommée PMG/Firestone Indy Light Racing Series.
  • Société acquise par Eller Media Company et Hellman & Friedman Capital Partners. Changement de nom pour Eller Media Company. Karl Eller est président-directeur général.
  • Le siège social déménage à Phoenix.
  • 1994
  • Le service Mobile Billboard commence en utilisant des camions encastrés avec deux affiches de 30 feuilles, une face à chaque côté du véhicule.
  • Les panneaux Premiere Plus introduits à Milwaukee, avec des surfaces en vinyle peint enroulées autour de deux panneaux d'affichage verticaux formant une surface de 600 pieds carrés.
  • 1993
  • Introduction de nouveaux panneaux Premiere, convertissant les panneaux d'affichage standard de 30 feuilles en une zone d'image à fond perdu 30 % plus grande.
  • PMG a remporté un contrat de franchise publicitaire dans les transports en commun de BART dans la région de la baie de San Francisco.
  • La société acquiert la publicité des abribus Target Media dans le comté d'Orange, en Californie.
  • Acquisition des abribus Shelter Advertising of America à Miami.
  • La société achète Blue Wallscapes Co. L'achat comprend 57 grands murs situés à Los Angeles et à San Francisco.
  • Systèmes d'information géographique (SIG) MapInfo utilisés.
  • Ordinateurs Macintosh installés dans tous les bureaux de vente des chargés de clientèle.
  • Les manifestants manifestent sur Hollywood Blvd. pour sauver la planche semi-spectaculaire Coca-Cola de 50 ans.
  • 1991
  • Le siège social/centre administratif déménage à Chicago.
  • Stephen A. McNeeley est nommé nouveau président/directeur général.
  • PMG devient une filiale consolidée de General Electric Capital Corporation.
  • L'OAAA célèbre son centenaire avec “The American Billboard: 100 Years.
  • 1990
  • L'État de Californie lance une campagne anti-tabac à grande échelle à l'aide d'affiches PMG
  • 1989
  • PMG parraine une grande exposition publicitaire extérieure à la Los Angeles Municipal Art Gallery
  • 1988
  • PMG désigne un consultant pour l'aménagement extérieur en Chine. L'objectif est d'aider à moderniser et à développer le média là-bas.
  • La Cour suprême de Californie décide que les panneaux publicitaires extérieurs ne peuvent être placés que sur des terrains zonés principalement à des fins commerciales ou industrielles.
  • Rod Wales brevète un dispositif d'hélice à rotation légère anti-pigeon pour une utilisation sur les unités extérieures.
  • 1987
  • La société reçoit le prestigieux Silver Bell Award du Advertising Council pour sa contribution exceptionnelle à la publicité de service public
  • 1986
  • Système de gestion des stocks de structure (SIMS) installé. Fournit des données informatiques pour chaque emplacement.
  • Copie peinte informatisée affichée sur des bulletins à Los Angeles.
  • Metromedia vend la division Foster et Kleiser à Patrick Media. Le nom de la société change pour Patrick Media Group (PMG). Le siège social de l'entreprise est transféré à Scranton, en Pennsylvanie, dirigé par Gerald Joyce, nouveau président/directeur général.
  • 1985
  • Présentation du Super 300 Plus. Les structures sont 12 & 21512, peintes à la main avec des extensions découpées. La copie tourne tous les 90 jours.
  • 1984
  • Bert Dart nommé président
  • 1983
  • L'ouragan Alicia endommage ou détruit plus de 1 000 structures extérieures à Houston
  • 1982
  • Metromedia vend toutes les structures F&K à Outdoor Advertising Associates dans le cadre d'une société en commandite. Metromedia continuera à gérer l'entreprise.
  • La Cour suprême des États-Unis déclare inconstitutionnelle l'ordonnance anti-panneaux d'affichage de San Diego.
  • 1980
  • F&K exploite maintenant 40 000 revêtements extérieurs et est la plus grande entreprise de publicité extérieure aux États-Unis
  • 1979
  • Première usine F&K de 8 feuilles construite à Oakland et à San Francisco
  • 1978
  • F&K organise une exposition d'art au California Museum of Science and Industry à Los Angeles intitulée « Big Art », mettant en vedette le métier d'artistes picturaux de panneaux d'affichage.
  • 1977
  • Proposition d'interdire les panneaux d'affichage à San Francisco rejetée par les électeurs lors des élections de novembre
  • 1976
  • Sortie du film d'entreprise "Birth of A Notion".
  • Foster and Kleiser Company fête ses 75 ans.
  • 1974
  • Ross Barrett nommé vice-président senior de Metromedia.
  • Les programmes de peinture rotatifs passent d'une rotation de 30 jours à une rotation de 60 jours.
  • L'incendie de la salle de billard de Los Angeles cause des dégâts considérables. Heureusement, les portes coupe-feu empêchent la propagation des flammes au reste de la succursale et des studios.
  • 1973
  • La mesure de contrôle des panneaux d'affichage est défaite à Seattle
  • 1971
  • La succursale d'Oakland a été bombardée, causant 750 000 $ de dégâts au bureau. Le groupe anti-guerre Weatherman a admis plus tard que l'attaque était une erreur. Le club des officiers de l'armée à un pâté de maisons à l'ouest était la cible prévue.
  • 1970
  • Frank Lott nommé président et directeur général
  • 1969
  • People’s Gallery, présentant des structures de triosk dans les centres commerciaux régionaux.
  • A.C. Nielsen Étude réalisée à Chicago.
  • 1968
  • Feuilles de la première affiche de 24 feuilles imprimée aux États-Unis présentée à F&K par Morgan Litho Co.
  • 1967
  • Sortie du nouveau film de la société, le dilemme d'Adman. La production de David Wolper met en vedette Jonathan Winters.
  • Exposition publique d'affiches célèbres d'Ervine Metzel dans les grandes villes.
  • F&K publie un manuel complet de publicité extérieure.
  • 1966
  • Études de sensibilisation d'Alfred Politz menées à New York, Chicago et Los Angeles
  • 1965
  • La première étude photographique aérienne a lieu à Los Angeles, mesurant et comparant le volume de trafic sur les autoroutes et les rues de surface.
  • F&K soutient la Highway Beautification Act de 1965.
  • Étude du lectorat extérieur des enfants menée par Poster Appraisal Service pour F&K à Los Angeles et New York.
  • 1964
  • Deuxième étude A.C. Nielsen menée à Los Angeles et dans le comté d'Orange. Premier à révéler les valeurs complémentaires des campagnes combinées outdoor/télévision
  • 1963
  • F&K commence l'exploitation des usines d'extérieur de Chicago et de New York qui appartenaient auparavant à General Outdoor
  • 1962
  • Territoires des succursales de Phoenix et Fresno vendus à Karl Eller qui forme Eller Outdoor Advertising Co.
  • Premiers panneaux mobiles utilisés pour le merchandising et les relations publiques.
  • Premier bulletin “multivision” moderne affiché à Sacramento.
  • Système informatique IBM installé pour toutes les opérations comptables.
  • 1961
  • Ross Barrett nommé président.
  • Début de la construction monoposte des panneaux d'affichage. Les panneaux préfabriqués sont hissés en place par camion-grue.
  • Le pré-collage des affiches commence.
  • Premier bulletin imprimé affiché.
  • 1960
  • Étude A.C. Nielsen terminée : premiers chiffres de portée et de fréquence pour l'extérieur
  • 1959
  • W.R. Grace annonce la vente de Foster et Kleiser à Metropolitan Broadcasting Co.
  • Panneaux d'affiches ornés de néons exposés à Los Angeles.
  • 1956
  • F&K en vedette sur KGO-TV, “Success Story,” à San Francisco.
  • Les affiches plus grandes de 30 feuilles deviennent populaires.
  • F&K accueille la 59e convention annuelle de l'OAAA à Los Angeles.
  • 1955
  • L'embellissement des disques dansant réfléchissant le soleil apparaît sur le bulletin de la bière de Hamm à San Jose.
  • Gil Haynes prend sa retraite. L.H. Odell devient président.
  • 1954
  • Jackman borde le Wilshire Blvd de L.A. présente un nouveau design de bulletin, sans moulure et avec des extensions découpées
  • 1953
  • Le bulletin Sunset Strip pour l'hôtel Sahara présente une piscine et des « beautés baignantes » en direct. Le comédien Red Skelton saute dans la piscine pour annoncer l'ouverture de son numéro de Vegas.
  • 1952
  • George Kleiser décède.
  • Société vendue à W.R. Grace Co.
  • Karl Eller commence sa carrière dans la publicité extérieure en rejoignant F&K en tant que représentant immobilier à Phoenix.
  • 1951
  • 50e anniversaire célébré
  • 1950
  • Embellissements de lumière noire introduits, combinant peinture fluorescente et lumière ultraviolette
  • 1949
  • Un incendie à trois alarmes détruit la zone d'exploitation de la succursale d'Oakland
  • 1948
  • De nouvelles camionnettes d'affichage remplacent les véhicules traditionnels à panneaux fermés.
  • Livre de coloriage publié, mettant en vedette “Ad Andy in Outdoorland.” Des exemplaires distribués dans les écoles de la côte ouest.
  • Les départements de peinture industrielle ont été chargés de peindre des peintures murales pour les cinémas drive-in de la région de Los Angeles.
  • 1947
  • Gil Haynes devient président de F&K. Kleiser est président du conseil d'administration.
  • Début de la division Peinture et décoration industrielle. Première mission : peindre le manoir du gouverneur à Sacramento.
  • Guide des meilleures pratiques OOH, “Poster Design” par Walter Warde, distribué aux clients, agences, écoles d'art et bibliothèques de la côte ouest.
  • Le département de la construction commence à utiliser des excavatrices mécaniques à moteur.
  • Département de brique de Caladobe vendu à J.E.Dietrich à Fresno.
  • 1946
  • Ad Andy a adopté le caractère de marque de la société F&K.
  • Panneau d'affichage Loewy adopté comme nouvelle structure de 24 feuilles.
  • Camions-grues à moteur développés pour soulever les sections de poteaux et de peinture en position sur place.
  • 1945
  • À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un total de 144 employés de F&K ont été déployés, dont quatre ont été tués au combat.
  • Le département de Caladobe commence, produisant et vendant des briques pour les bâtiments résidentiels et commerciaux.
  • Le bulletin du LA Times remporte le premier prix national pour la promotion des médias rythmés. Le tableau présentait des titres quotidiens échangés au fur et à mesure que les nouvelles de la guerre éclataient.
  • 1944
  • Walter Foster décède.
  • Time Magazine présente les activités d'effort de guerre de F&K.
  • Nouvelle procédure d'affichage mise en place, en appliquant de la pâte sur les affiches directement depuis le camion.
  • 1943
  • Les activités en temps de guerre s'étendent pour inclure la fabrication de boîtes et de conteneurs pour les expéditions militaires à l'étranger.
  • La production de briques Adobe commence également à la demande militaire.
  • 1942
  • Les activités de l'entreprise pendant la Seconde Guerre mondiale comprennent le recrutement, la défense civile et les promotions d'obligations de guerre. Début de la production de camouflages pour des projets civils et militaires.
  • Allocations de couverture en temps de guerre en vigueur. Les plans fournissent des panneaux d'affichage supplémentaires pour chaque projection.
  • L'inventeur américain Lee de Forest aide à développer un dispositif pour éteindre l'éclairage du tableau pendant les pannes de courant aérien.
  • 1941
  • F&K accueille la convention Golden Anniversary de l'OAAA à Los Angeles
  • 1939
  • Modèle produit par F&K du nouveau pont San Francisco-Oakland Bay exposé à la foire mondiale de San Francisco
  • 1938
  • Unités expérimentales de 9 feuilles exposées à Los Angeles
  • 1936
  • Première étude d'origine du trafic achevée au 9th & Alameda à Los Angeles
  • 1935
  • Lancement des Streamliners - structures de bulletins art déco avec moulures arrondies
  • 1934
  • Les peintres de F&K modifient toutes les heures le Dow Jones sur Montgomery St. à San Francisco
  • 1933
  • F&K dirige la formation du Traffic Audit Bureau (TAB)
  • 1932
  • Affiche Pontiac conçue par l'artiste F&K Otis Shepard jugée meilleure affiche de 1932 par les directeurs artistiques de Chicago.
  • Paramount Pictures dévoile le conseil d'administration sur Wilshire Blvd. rempli de modèles vivants, de trompettistes et de célébrités de premier plan, dont Harpo Marx et Marlene Dietrich.
  • 1931
  • F&K joue un rôle décisif dans la formation de l'organisation de vente nationale OAI. La société accorde une reconnaissance complète aux agences de publicité générale.
  • 1930
  • Kleiser élu président de l'OAAA (pour 5 ans).
  • Le service de rotation des bulletins commence à Portland.
  • F&K “Garden Clubs of The Air” commencera à diffuser le dimanche matin sur la radio du réseau Don Lee-Columbia.
  • L'affiche Oxydol conçue par l'artiste F&K Marshall Reid remporte le prix de la meilleure affiche par les directeurs artistiques de Chicago.
  • Foster et Kleiser “Garden Clubs of The Air” commencent à diffuser le dimanche matin sur la radio Don Lee Columbia Pacific Coast Network.
  • Affiche Oxydol conçue par l'artiste F&K Marshall Reid jugée meilleure affiche de 1930 par les directeurs artistiques de Chicago.
  • 1929
  • Cartes de circulation créées, montrant les modèles de volume de véhicules dans toutes les grandes villes
  • 1928
  • Première tri-vision affichée, utilisant des sections triangulaires pour afficher trois conceptions différentes sur une seule unité.
  • 1927
  • Création d'un bureau de vente à Chicago.
  • Commencez le système de zone avec des projections d'affiches égalisées et des valeurs de diffusion publicitaire nettes garanties sur tous les marchés.
  • 1926
  • F&K opère désormais dans 600 villes et villages de Californie, de l'Oregon, de Washington et de l'Arizona
  • 1925
  • Ouverture d'un bureau de vente à New York.
  • />Les 12 premiers panneaux d'affichage avec treillis vert sont installés.
  • L'association de publicité par affiches et les associations de publicité extérieure fusionnent. Les deux organisations commerciales nationales deviennent l'Outdoor Advertising Association of America (OAAA).
  • 1924
  • Acquérir le territoire de San Diego et de l'Arizona auprès de McClintock.
  • Les méthodes d'affichage passent d'un affichage long à un affichage court.
  • 1919
  • Le service F&K couvre désormais six marchés clés en Californie, en Oregon et à Washington.
  • Entreprise citée par le président Woodrow Wilson et le département de la guerre des États-Unis pour leurs services exceptionnels pendant la Première Guerre mondiale.
  • 1918
  • Acquisition des usines de Thomas H. B. Varney à Los Angeles et dans la Bay Area
  • 1917
  • Début de la campagne classique pour United States Tyres, représentant un livre ouvert géant et des indications sur les premiers monuments historiques.
  • Service horticole créé pour entretenir l'aménagement paysager des bulletins de luxe.
  • Inventaire mobilisé pour les conseils de recrutement du service de guerre rationné pour les ventes de Liberty Bond.
  • 1916
  • La publicité extérieure «éclairée» commence sur Market Street à San Francisco
  • 1915
  • Acquérir l'usine J. Charles Green à San Francisco et y établir un nouveau siège social
  • 1914
  • Kleiser élu vice-président de l'Outdoor Advertising Association
  • 1912
  • Début de la conversion des chariots hippomobiles en camions mobiles
  • 1911
  • Kleiser élu président de l'association Associated Billposters and Distributors Association.
  • L'entreprise érige la première structure d'affiches personnalisées de 10 à 24 feuilles aux États-Unis.
  • 1910
  • F&K achète le premier véhicule automobile de l'entreprise.
  • Kleiser fait pression pour la normalisation nationale des structures extérieures lors de la convention sur la publicité par affiche.
  • 1909
  • Voitures immatriculées aux États-Unis : 400 000
  • 1907
  • La population américaine atteint 87 000 000
  • 1906
  • Incendie et tremblement de terre à San Francisco
  • 1903
  • Les frères Wright effectuent leur premier vol en avion
  • 1901
  • Foster et Kleiser ouvrent leurs portes à Portland, Oregon et Seattle
  • 1900
  • Automobiles immatriculées aux États-Unis : 8 000
  • 1898
  • Walter Foster et George Kleiser se rencontrent à San Francisco. Ils deviennent amis et envisagent bientôt l'idée d'un partenariat commercial en plein air.
  • 1897
  • Walter Foster commence à vendre de la publicité extérieure pour Thomas H. B. Varney à Oakland, en Californie.
  • 1874
  • George Kleiser né le 25 juin à Cloverdale, Californie
  • 1871
  • Walter Foster né le 30 septembre à Vallejo, Californie

Let’s Review 87: Blacks and Hacks, Queens and Scenes


Les démocrates n'ont pas été aussi en colère depuis que Lincoln a libéré les esclaves.

Le côté curieux de moi s'est interrogé sur la superficie en pieds carrés de matériel et de quoi il a été réutilisé pour fabriquer son pantalon, et il reste un mystère de savoir si le haut court était destiné ou non à être porté comme tel ou si la coupe était un heureux accident lorsqu'elle a découvert qu'un quad X pour hommes Tee ne pouvait couvrir qu'une partie de son torse.

La plus grande insulte que les Noirs américains aient dû endurer de la part des libéraux était quand ils ont appelé Bill Clinton le "premier président noir". Je remarque qu'il n'était pas le premier président noir lorsque les démocrates chantaient Fleetwood Mac lors de son investiture, ni lorsqu'il nommait la première femme procureur général ou adoptait une réforme de l'aide sociale. Ce n'est qu'après que Clinton a été pris dans le scandale sexuel le plus humiliant de l'histoire des États-Unis qu'il est soudainement devenu «le premier président noir». (Ce qui n'est pas vrai, selon la description de Monica Lewinsky des parties intimes de Clinton.)

En devenant bourgeois, être gay est devenu ce grand ennemi de l'expression queer : ennuyeux. Péniblement ennuyeux. Désolé, mais lorsque JetBlue approuve votre style de vie, vous n'êtes plus une anomalie. Vous êtes un travailleur de la classe moyenne avec une carte Costco et un petit 401 (k).

C'est toujours une question de pouvoir | Ils ne se soucient pas de la sécurité, ni des enfants ™, ni de l'égalité, ni de toute autre excuse. Le racisme n'a pas d'importance pour eux, pas plus que le sexisme. L'inégalité des richesses n'a pas d'importance pour eux. Ce qui compte pour eux, c'est le pouvoir, et ces choses sont considérées comme des véhicules commodes pour ce pouvoir. Si les SJW étaient vivants dans l'Allemagne des années 1930, ils auraient imputé tous leurs malheurs aux Juifs, comme ils accusent maintenant les hommes chrétiens blancs hétérosexuels. Cela aurait été pratique pour eux.

Il n'y a rien de mal avec les Drag Queens de 9 ans S'il n'y a rien de mal avec la sodomie - William M. Briggs

(1) @realDonaldTrump a franchi le Rubicon. La presse le considère désormais comme un grand leader, même si elle ne l'admettra jamais. Comment puis-je savoir? Photographie en noir et blanc.

Melinda Gates, une femme chaleureuse qui est mariée au méga-kazillionaire intello informatique Bill Gates, se lance dans un projet de capital-risque qui, selon nous, a été conçu par son mari pour l'occuper et l'empêcher de baiser d'autres gars. Dans un récent discours annonçant son projet de vanité, elle promet de privilégier « les femmes et les minorités » plutôt que « le blanc ». Dans un sens, c'est compréhensible : si nous devions dormir à côté de Bill Gates, nous pourrions aussi favoriser les femmes et les minorités.

S'il y a une élection de la vague rouge en 2018, ce sera pourquoi – Le New York Times Nancy Pelosi, la leader de la minorité à la Chambre, promet des impôts plus élevés. Al Green, un démocrate du Texas à sept mandats, et au moins 58 autres démocrates de la Chambre, promettent la destitution. Mais le marché boursier est en hausse, les salaires sont en hausse, le chômage est en baisse et la paix pourrait éclater dans la péninsule coréenne. Combien de personnes voteront pour des impôts plus élevés et tout le stress social et politique associé à la destitution ?

À venir : Woke Pederasty | Normaliser les drag queens pour les enfants est la grande chose éveillée. Nous avons organisé des Drag Queen Story Hours dans les bibliothèques du pays. Maintenant, Netflix transforme les drag queens en super-héros animés, et le service de streaming de RuPaul transforme les drag queens en super-héros enfants.

La haine totalitaire – Depuis que j'ai commencé ma carrière universitaire d'enseignant à l'université en 1979, j'ai observé les professeurs de gauche sur le campus après le campus rassemblant le plus bas des Q.I les plus bas. étudiants, en les endoctrinant avec des slogans marxistes et en les incitant à devenir des « activistes » plutôt que de s'en tenir à leurs études. Ils sont utilisés comme jouets, en d'autres termes, par des gens qui sont eux-mêmes trop lâches pour sortir ouvertement et exprimer publiquement leurs croyances et idéologies communistes chéries d'une manière si inspirée des bolcheviks.

“Égalité des nègres ! Truquer!! Combien de temps, dans le gouvernement d'un Dieu, assez grand pour faire et maintenir cet Univers, continuera-t-il des fripons à vendre, et des imbéciles à avaler, si bas un morceau de démagouisme comme ça.” uvres rassemblées d'Abraham Lincoln. Tome 3.

Pickup Truck Gardens : un concours japonais célèbre la verdure mobile | Situés dans les lits de petites camionnettes japonaises blanches connues sous le nom de « kei », ces jardins sont si luxuriants et complexes qu'ils semblent être établis depuis de nombreuses années. En réalité, chacun n'était en place que quelques heures avant que ces photographies ne soient prises.


AIMANTS FILTRANTS

Bien que l'utilisation d'aimants pour collecter les particules de fer de l'huile moteur semble simple, le simple fait de placer l'aimant dans le carter d'huile ne fournit pas un effet suffisant.
En raison des caractéristiques de l'huile moteur, les particules métalliques dans l'huile en mouvement ne seront pas attirées par l'aimant à moins qu'il n'y ait un contact direct avec la surface de l'aimant. Lorsque l'huile est stationnaire, seules les particules entourant immédiatement l'aimant sont attirées.
Un aimant placé dans la boîte de vitesses différentiel aura plus de chance d'attirer les particules métalliques. C'est parce que l'huile pour engrenages est éclaboussée par les engrenages en rotation.
Dans le liquide de transmission automatique, les particules de fer sont assimilées plus efficacement si l'aimant est placé près de l'admission du refroidisseur d'huile plutôt que de simplement le placer sur le carter d'huile. Habituellement, dans de nombreuses transmissions automatiques, il existe un dispositif magnétique conçu pour éliminer les particules du liquide de transmission automatique (ATF).


Filtres à huile avec Bandit
Unités magnétiques installées

Le trajet que l'huile moteur emprunte à travers un filtre à huile est l'emplacement idéal pour un aimant attirant les particules.


Détail des particules d'usure des métaux ferreux attirés
à l'intérieur du boîtier du filtre à huile par les aimants extérieurs

Les aimants avec des pôles opposés alternés de l'aimant (N=Nord et S=Sud) sont les plus efficaces pour éliminer les particules. Les "nouveaux" aimants filtrants SynLube&trade UniMag&trade sont d'une telle construction.

FN Filtre à huile avec UM-16 Aimant filtrant UniMag attaché
UM-3 et UM-12

Malheureusement, de nombreux commerçants d'aimants filtrants font des affirmations infondées et ridicules sur les aimants :

  • Les forces magnétiques stabilisent les molécules d'huile
  • Plus l'exposition au champ magnétique est longue, plus l'acquisition de particules métalliques devient efficace.
  • Augmente la consommation de carburant
  • Réduit la consommation d'huile
  • Réduit les émissions
  • Augmente la puissance du moteur

Eh bien, toutes les affirmations ci-dessus sont FAUX et IMPOSSIBLES, la seule chose pour laquelle les aimants sont bons est l'élimination des particules ferreuses, c'est-à-dire magnétiques.

Le seul avantage supplémentaire est dérivé chimiquement mais UNIQUEMENT dans des lubrifiants de faible qualité.
Cela peut à son tour prolonger la durée de vie d'un lubrifiant avec un antioxydant inefficace ou marginal.

Les particules de fer submicroniques finement distribuées agissent comme co-catalyseurs dans l'oxydation des molécules de pétrole

L'élimination de ces fines particules de fer de la circulation d'huile réduit le taux d'oxydation et prolonge ainsi la durée de vie du lubrifiant.

Aucune "MAGIE MAGNETIQUE" spéciale réalisée ici, juste une simple réalité chimique !


29 sujets de recherche uniques et frais sur les médias pour les étudiants collégiaux

Lisez ces nouveaux sujets de recherche sur les médias de masse pour rédiger votre document de recherche sur les médias et continuez vers le plan et l'introduction du document de recherche. Voici de bons sujets médiatiques sur lesquels écrire

  1. Pourquoi un journaliste est censé être bien versé dans tous les types de sujets liés à l'actualité nationale et internationale ?
  2. Comment le rôle de la communication est vu dans les médias pour le scénario actuel ?
  3. Peut-on dire que les médias d'aujourd'hui sont beaucoup plus enclins au monde du glamour plutôt que de fournir des informations authentiques aux gens ?
  4. Quels sont les problèmes majeurs qu'un journaliste rencontre dans l'exercice de ses fonctions avec la plus grande honnêteté ?
  5. Contrôle des personnes influentes sur le libre fonctionnement des médias, en particulier des partis politiques.
  6. Comment les médias sont-ils responsables de la représentation stéréotypée des femmes en les considérant comme un objet matérialiste ?
  7. Quel rôle jouent les médias dans la gestion de l'épidémie de covid -19.
  8. Ce que le Covid 19 révèle sur la valeur des médias au niveau mondial.

Nebraska dans l'actualité nationale : octobre 2020

La quête de 20 ans d'un professeur de l'Université du Nebraska-Lincoln pour comprendre le comportement étrange des passes de football a été présentée dans deux grands médias nationaux en octobre. Les histoires figuraient parmi plus de 50 membres du corps professoral, du personnel, des étudiants, des centres et des programmes de Husker au cours du mois.

Tim Gay, Cather, professeur de physique et d'astronomie, et ses collègues ont récemment résolu une énigme de la physique du football : sur une passe profonde et bien lancée, pourquoi la pointe avant d'un ballon de football suit-elle la trajectoire du ballon, de sorte qu'il pointe vers le haut lorsqu'il est lancé mais vers le bas au moment où il atteint un récepteur? La réponse réside dans la combinaison de la résistance de l'air et de l'effet gyroscope.

Gay, auteur de "The Physics of Football" et ancien joueur de Caltech, a demandé l'aide de deux physiciens théoriciens - son ancien coéquipier, Willie Moss du Lawrence Livermore National Laboratory et Richard Price du MIT - pour répondre à la question. Leur article, « Le paradoxe de la passe en spirale serrée dans le football américain : une résolution simple », a récemment été publié dans l'American Journal of Physics. Le New York Times et le Wall Street Journal ont souligné la recherche.

Interrogé par le Journal si les résultats pourraient être utilisés pour faire d'un quart-arrière un meilleur passeur, Gay a répondu "potentiellement, oui". Pourtant, il a mis en garde: «Ce ne serait pas un grand effet. Je ne pense pas que cela va révolutionner le football. Cela pourrait aider un peu.

Gay a également discuté de la physique du football pour une histoire KLKN du 22 octobre.

John Hibbing le nouveau livre, « The Securitarian Personality », a été présenté dans une chronique du 1er octobre par David Brooks du New York Times. Dans le livre, Hibbing, science politique, soutient que les personnes de droite du spectre politique ont tendance à réagir aux menaces provenant de l'extérieur de l'Amérique, tandis que les personnes de gauche voient les menaces provenant des puissantes sphères financières et politiques à l'intérieur des États-Unis. « The Securitarian Personality », basé sur des reportages, des groupes de discussion et des enquêtes, est une tentative de comprendre ce qui motive les partisans les plus enthousiastes de Trump.

Hibbing a également été interviewé pour un article du gouvernement Bloomberg du 20 octobre sur l'attention accrue accordée aux courses législatives des États dans le Midwest aux fins du redécoupage du Congrès. Avec un contrôle législatif plus strict au Nebraska, le Parti républicain pourrait redessiner le 2e district du Congrès de l'État pour verrouiller un vote électoral pour un président républicain, a déclaré Hibbing.

Le livre 2013 « Predisposed » de Hibbing et Kevin Smith, sciences politiques et John Alford de l'Université Rice et une étude de 2017 par Ingrid Haas, également en science politique, ont été présentés dans un article du 26 octobre de Scientific American sur les neurosciences politiques. Dans « Predisposed », les auteurs soutiennent que les différences politiques sont enracinées dans les caractéristiques de la personnalité et les prédispositions biologiques. Haas a soumis 58 personnes aux opinions politiques diverses dans un scanner cérébral et leur a posé des questions sur les candidats hypothétiques des deux grands partis. Elle a constaté que les libéraux étaient plus attentifs aux informations incongrues, en particulier pour les candidats démocrates.

NM otion a récemment lancé un programme de résidence virtuelle Venture Residency d'un mois pour aider 10 récents diplômés universitaires à développer leurs compétences entrepreneuriales et un esprit d'innovation. Les participants avaient la possibilité de se rendre au NM otion Accelerator Studio, où ils recevraient 100 000 $ de capital d'investissement et 16 semaines de mentorat et d'assistance intensifs pour transformer leurs idées en startups réelles. Silicon Prairie News a publié un article le 1er octobre sur le programme.

Paul Kononoff, spécialiste des produits laitiers Nebraska Extension, a été cité dans un article de Progressive Dairy du 1er octobre sur le maintien de l'approvisionnement en eau des bovins laitiers pendant l'hiver. "Même une petite limitation de la consommation d'eau réduira la consommation de matière sèche d'une à deux livres par jour, ce qui pourrait limiter la production de lait de pointe de deux à cinq livres", a-t-il déclaré.

Max Perry Mueller, classiques et études religieuses, a été interviewé pour un article de Politico le 2 octobre sur le président Donald Trump aliénant nombre de ses anciens partisans du cœur du pays. "Ces gens ne sont pas des idéologues politiques", a-t-il déclaré. « Ils participent à la Marche pour la vie, ils votent pour les républicains, mais ils ne sont pas séduits par le genre de politique identitaire apportée par Trump. » Cependant, il a déclaré que la question de l'avortement pourrait empêcher de nombreux transfuges de Trump de voter pour Joe Biden.

Jean Fech, éducateur Nebraska Extension, a écrit un article récent pour GCM sur les conseils d'entretien des boîtes de départ. « Créer et maintenir un espace attrayant et fonctionnel est une considération essentielle dans ces endroits », a-t-il écrit. « L'ombre, l'usure, la mousse, les racines de surface, les débris, les éléments non végétaux et le flux d'air remettent en cause le succès d'un tee-shirt, tandis que des plantes vivaces et ligneuses bien placées peuvent l'améliorer. »

Chigozie Obioma, anglais, a été interviewé pour un segment du 3 octobre sur Blog Talk Radio. Il a parlé de son deuxième roman, "Un orchestre de minorités".

Aube O. Braithwaite, études de communication, a été interviewé pour un article de Deseret News du 4 octobre sur les politiques gouvernementales qui pourraient profiter aux familles américaines. Le Congrès pourrait fournir "des services de garde qui protègent les enfants et facilitent la main-d'œuvre dans les familles à double carrière et monoparentales", a-t-elle déclaré. Mais la priorité absolue de Braithwaite est les soins de santé. « La préservation et l'expansion des soins de santé ne pourraient pas être plus importantes pour les familles », a-t-elle déclaré.

L'Omaha World-Herald a publié le 5 octobre un article sur Don Puckett, un dépositaire à l'avant-garde de la lutte contre le COVID -19 à l'Université du Nebraska-Lincoln. Il a travaillé à l'université pendant 45 ans et demi. CleanLink a publié le 14 octobre un article sur Puckett basé sur l'article du World-Herald.

Tiffany Heng-Moss, doyen des sciences agricoles et des ressources naturelles, a discuté de la nouvelle LPS - UNL Early College and Career STEM Program à Lincoln Northeast High School lors d'un segment du 6 octobre sur RFD-TV. Grâce à des expériences pratiques et immersives et à des parcours universitaires précoces, le programme préparera les étudiants du Nord-Est dans les domaines de l'alimentation, de l'énergie, de l'eau et des systèmes sociétaux.

Eric Thompson, économie, directeur du Bureau de recherche commerciale, a été interviewé pour une histoire WKRN le 6 octobre sur Nashville, le premier classement du Tennessee dans le rapport du baromètre 2020, qui compare 10 zones métropolitaines très performantes. Thompson faisait partie de l'équipe qui a compilé les données pour le rapport.

Thompson a également été cité dans un article de Thomson Reuters du 28 octobre sur une baisse des voyages d'agrément ralentissant la reprise mondiale de la demande de carburant. Selon Thompson, plus des deux tiers des fans qui assistent aux matchs de football Husker viennent de l'extérieur de la région métropolitaine de Lincoln, beaucoup parcourant au moins 60 miles.

Cara Burberry, Sciences de la Terre et de l'atmosphère, a été cité dans un article du National Geographic du 7 octobre sur une nouvelle étude d'un ancien éboulement en Écosse. "Cela vous montre combien de détails étonnants vous pouvez extraire d'un bloc de roche si vous l'approchez très soigneusement", a-t-elle déclaré. "Ils l'ont documenté vraiment magnifiquement."

Un article de Aaron Berger, Nebraska Extension éducatrice de bœuf, a été soulignée dans une entrée de blogue du magazine BEEF du 7 octobre sur les tiges de maïs et d'autres résidus de récolte au pâturage du bétail cet automne. « Le taux de charge devrait être déterminé en fonction du rendement en boisseaux de maïs par acre et du poids moyen du bétail qui paîtra », a-t-il écrit. « Un moyen rapide d'estimer les jours de pâturage par acre disponibles pour une vache non en lactation de 1 200 livres est de prendre le rendement du boisseau de maïs et de diviser par 3,5 ».

Brad Schick et Ben Beckman, assistants éducateurs en vulgarisation avec le Centre de recherche et de vulgarisation du centre-ouest à North Platte, a écrit un article récent sur le bétail pâturant de la luzerne en automne et en hiver. « Il y a souvent une peur associée au pâturage de la luzerne en raison du potentiel de ballonnement ou de la détérioration du peuplement de luzerne », ont-ils écrit. "Ce sont des préoccupations très valables, mais avec une gestion et un calendrier supplémentaires, les peuplements de luzerne peuvent fournir un fourrage supplémentaire." High Plains Journal et Western Livestock Journal ont publié l'article.

Schick a également écrit un article récent sur les résidus de maïs au pâturage du bétail. « Lorsqu'on réfléchit à la durée de pâturage des résidus de maïs, le calcul à suivre est que pour chaque boisseau de maïs produit, il y a 16 livres de feuilles sèches et d'enveloppes », a-t-il écrit. "Le plan de pâturage recommandé devrait être d'enlever 50% de la feuille et de l'enveloppe." Le Western Livestock Journal a publié l'article le 9 octobre.

Troy Walz, éducatrice en vulgarisation au West Central Research and Extension Center, a écrit un article récent sur les dangers du bétail broutant des fourrages couverts de givre. "Lorsque certains fourrages sont gelés, le potentiel de météorisation, de toxicité et de nitrates peut augmenter pour le bétail au pâturage", a-t-il écrit. Le Western Livestock Journal a publié l'article le 9 octobre.

Kevin Smith, sciences politiques, a été interviewé pour un article du 10 octobre dans The Hill on 2nd Congressional District du Nebraska jouant peut-être un rôle central dans l'élection présidentielle de 2020. Lorsqu'on lui a demandé si le vote électoral unique pourrait prouver la différence, il a déclaré: "Lors des élections présidentielles précédentes, ma réponse a été" oui, c'est vrai ". En 2020, qui sait, c'est une année folle."

Jonathan Larson, un entomologiste du Nebraska Extension pour les comtés de Douglas et Sarpy, a été présenté dans un article du KCRR du 10 octobre sur le minuscule insecte pirate. Il a dit que les insectes n'injectent rien lorsqu'ils mordent ou prennent une gorgée de sang, ils essaient juste de savoir si les gens sont comestibles.

Bedross Der Matossian, l'histoire, fait partie des 100 érudits d'origine arménienne qui ont demandé l'arrêt de l'agression militaire de l'Azerbaïdjan contre les Arméniens. Les érudits ont été répertoriés dans un article du Mirror-Spectator arménien du 12 octobre.

Der Matossian a également été interviewé pour un article du 23 octobre dans Le Monde Diplomatique sur le conflit. « Le discours anti-arménien alimenté par les deux gouvernements en Turquie et en Azerbaïdjan et leurs actions militaires contre la vulnérable République d'Arménie sont des manifestations des tendances génocidaires des deux régimes autoritaires », a-t-il déclaré.

Marc A. Garcia, la sociologie et les études ethniques, et ses collègues ont découvert qu'un niveau de scolarité plus élevé chez les adultes est associé à une meilleure fonction cognitive indépendamment de la race et de l'origine ethnique, mais les Blancs vivent toujours un plus grand pourcentage de leur vie en bonne santé cognitive par rapport à leurs homologues noirs et hispaniques. . Cela suggère que le racisme structurel joue un rôle, a déclaré Garcia. Home Health Choices, Medical Xpress et Technology.org ont publié des articles sur la recherche.

Randy Saner, éducateur Nebraska Extension, et J. David Aiken, spécialiste de l'eau et du droit agricole de Nebraska Extension, a écrit un récent article de BeefWatch sur les éléments à prendre en compte lors de l'ajout de baux de chasse à une entreprise agricole. L'article a été présenté dans une entrée de blogue du magazine BEEF du 14 octobre sur le sujet.

Martha Shulski, climatologue de l'État du Nebraska et professeur agrégé à la School of Natural Resources, a été interviewé pour un article du 16 octobre dans le Farm Journal’s Ag Pro sur les prévisions hivernales de la National Oceanic and Atmospheric Administration. Elle a déclaré que le Nebraska a besoin d'un hiver plus humide que la normale pour compenser les importants déficits hydriques. Cependant, elle pense qu'il est peu probable que le modèle plus humide que la normale de La Nina frappe des États comme le Nebraska.

De nouvelles recherches de Marc Pegg, School of Natural Resources, et ses collègues, a découvert que l'esturgeon pâle stocké dans un segment nord de la rivière Missouri peut vivre près de trois fois plus longtemps, produire environ 10 fois plus d'œufs et peser jusqu'à sept fois plus que les spécimens stockés dans le Nebraska -Frontière de l'Iowa. Étant donné que les esturgeons des deux localités provenaient de la même lignée génétique, leurs disparités étaient probablement presque entièrement attribuables aux caractéristiques différentes de la rivière aux localités respectives. Des articles sur la recherche ont été publiés dans le Omaha World-Herald, le Science Codex et quelques autres publications.

Le US Farm Report a présenté son « College Roadshow » à l'université à la mi-octobre. Membres du corps professoral Hélène Fagan, Brad Lubben et Cory Walters, membre du staff Taylor Hart et étudiants Caleb Durheim, Elizabeth Karnopp et Amanda La plupart figuraient au programme.

Justin "Gus" Hurwitz, law, directeur du Nebraska Governance and Technology Center, a été interviewé pour un article du Salon du 20 octobre sur les politiciens souhaitant renforcer les lois antitrust contre les grandes entreprises technologiques. Il a déclaré que le récit des entreprises « petites » devenant dangereusement grandes est cohérent avec les perceptions des entreprises technologiques depuis la fin du 20e siècle. Les entreprises qui étaient autrefois saluées pour leur innovation sont désormais perçues avec méfiance par des préoccupations telles que la croyance qu'elles violent la vie privée des utilisateurs et discriminent les voix conservatrices.

Mike Boehm, Harlan vice-chancelier de l'Institut de l'agriculture et des ressources naturelles et vice-président de l'agriculture et des ressources naturelles du système de l'Université du Nebraska, a discuté du nouveau système de l'université Programme Eau, Climat et Santé lors d'un segment du 20 octobre sur RFD-TV.

Carrick Detweiler, informatique et ingénierie, PDG et co-fondateur de Drone Amplified, a écrit le 21 octobre une chronique invitée pour Fire Aviation sur le Congrès envisageant d'interdire toutes les pièces de drones fabriquées en dehors des États-Unis. "Au lieu de cela, les décideurs politiques à Washington devraient établir des normes nationales qui s'appliqueraient à tout le monde, que la technologie soit fabriquée en Chine, en France ou aux États-Unis", a-t-il écrit.

Silicon Prairie News a publié le 21 octobre un article sur le Incubateur Combine au Nebraska Innovation Campus. Six startups participent actuellement au programme d'un an.

Une performance du hit off-Broadway « NEWS ical the Musical », filmée au Centre des arts du spectacle de Lied le 26 septembre, a été diffusé en direct le 26 octobre et disponible sur demande jusqu'au 2 novembre sur StellarTickets.com, a rapporté Broadway World le 22 octobre. Les bénéfices ont profité à l'Actors Fund et au Lied Center.

Megan Elliott, directeur fondateur de la Centre Johnny Carson pour les arts médiatiques émergents, était l'invitée vedette de «The Virtual Excellence Show» le 22 octobre. Elle a expliqué comment le Carson Center s'est adapté à la pandémie de COVID -19 et le travail que les étudiants et les professeurs font en réalité virtuelle et augmentée.

Brad Lubben, économie agricole, a été interviewé pour un article du High Plains Journal du 23 octobre sur l'économie agricole. L'aide fédérale a fait grimper les revenus agricoles au cours des trois dernières années, a-t-il déclaré. "Cela signifie également que cela a repoussé certaines des décisions économiques difficiles qui devraient être prises en réponse à la baisse des prix, y compris les décisions de production, les investissements en équipement et la valeur des terres", a-t-il déclaré. "À moins d'une aide supplémentaire l'année prochaine, le véritable resserrement des flux de trésorerie pourrait survenir en 2021, même si les prix du marché sont légèrement plus élevés."

Eric Berger, law, était l'invité de l'épisode du 24 octobre du podcast Faithful Politics. Il a discuté de la fonction de greffier du juge Merrick Garland, des audiences de confirmation de la Cour suprême des États-Unis, du rôle de la Haute Cour et d'autres sujets de droit constitutionnel.

De nouvelles recherches de Matthew Van Den Broeke, Sciences de la Terre et de l'atmosphère, a constaté que la densité des oiseaux migrateurs est généralement plus faible à la suite d'orages isolés. L'effet était plus prononcé à l'automne qu'au printemps, ce qui suggère que les oiseaux migrant vers le nord vers leurs aires de reproduction peuvent être plus susceptibles de traverser les tempêtes pour arriver à temps. Technology.org a publié un article le 27 octobre sur la recherche.

Stephen Baenziger, agronomie et horticulture, a passé les sept dernières années à étudier l'hybridation du blé avec Amir Ibrahim de Texas A&M . Le projet le plus récent de l'équipe est soutenu par une subvention de 650 000 $ du département de l'Agriculture des États-Unis et de l'Institut national de l'alimentation et de l'agriculture. AgFax et Seed Today ont publié des articles sur la collaboration.

Le département américain de l'Énergie a engagé 18 millions de dollars pour poursuivre LaserNetUS, un consortium de lasers à haute puissance qui comprend le Laboratoire de lumière extrême au Nebraska. Des articles sur le nouveau financement de la subvention ont été publiés dans KNEB, Photonics.com, Scienmag, Technology Today et plusieurs autres médias.

Aila Ganic, une junior majeure en sciences politiques impliquée avec le College of Journalism and Mass Communications' Projet de changement climatique au Nebraska, a écrit le 28 octobre un article sur le fait d'être une jeune militante pour le bulletin Wake-Up Call de Katie Couric. "Je fais défiler Twitter et je vois constamment les gros titres sur les habitats que nous avons détruits, les animaux qui ont disparu et les humains dont la vie a été détruite par des catastrophes naturelles", a-t-elle écrit. "Ce n'est pas seulement un problème environnemental, c'est un problème humain."

Le producteur d'aujourd'hui a publié un article du 28 octobre sur Mary Jane Grenouille, associé de vulgarisation horticole avec Nebraska Extension, qui a récemment célébré ses 30 ans avec l'université. Ses responsabilités comprennent la supervision du programme Master Gardener dans cinq comtés et l'éducation des jeunes sur l'horticulture, la faune, la foresterie, etc.

Jay Stafstrom, chercheur postdoctoral à l'Université Cornell et ancien élève de Husker Eileen Hebets, sciences biologiques et Ronald Hoy, professeur de neurobiologie et de comportement à Cornell, ont co-écrit une étude montrant que l'araignée à face d'ogre repose sur l'ouïe, plutôt que sur ses yeux massifs, pour attraper des proies en suspension dans l'air. CNN .com a publié un article le 29 octobre sur la recherche. L'histoire a été reprise par plus de 50 médias.

Aaron Duncan, études de communication, a écrit un article le 29 octobre pour The Conversation sur la façon dont la structure de Twitter permet aux « sophismes logiques » de prospérer. L'article a été repris par Fast Company, le Houston Chronicle, Snopes.com, Yahoo News et plusieurs autres médias.

Dirac Twidwell, agronomie et horticulture, a été interviewé pour un article de la National Audubon Society du 29 octobre sur la végétation ligneuse envahissant les prairies. Twidwell utilise la plate-forme d'analyse des parcours pour aider les partenaires à prioriser les endroits où investir les fonds fédéraux de conservation sur des pratiques telles que les brûlages dirigés ou la coupe de cèdre rouge. Plus de 90 % des Grandes Plaines appartiennent à des intérêts privés, a-t-il déclaré, ces efforts de conservation sont donc essentiels pour l'avenir de la prairie.

Yi Xuen Tay, un étudiant diplômé en administration de l'éducation, a été présenté dans un article de Chronicle of Higher Education du 29 octobre sur l'élection présidentielle ayant des enjeux personnels pour les étudiants internationaux. Bien qu'elle ne puisse pas voter, elle encourage ses amis et camarades de classe américains à se rendre aux urnes. "Même si je n'ai pas le pouvoir de voter", a-t-elle déclaré, "j'ai toujours une voix."

Les Programme de recherche et de ressources sur les allergies alimentaires a été cité dans un article de la purée du 31 octobre sur les ingrédients du poulet rôti de Costco. Selon le programme, des traces de lécithine de protéine de soja ne poseront probablement pas de problème aux allergiques au soja.


Analyse de la représentation de l'élevage industriel et des animaux de ferme dans les médias australiens

Cet essai examinera comment l'élevage industriel et les animaux de ferme en général sont représentés dans les médias australiens traditionnels et alternatifs et fera des recommandations pour améliorer les reportages. L'intérêt du public concernant les questions sociales et la mobilisation subséquente des participants est largement déterminé par la couverture médiatique et le cadrage. Grâce à l'utilisation de l'analyse de contenu, les résultats suggèrent que les rapports des médias sur l'élevage industriel se conforment généralement aux structures narratives et cadres typiques, et ces cadres médiatiques ne parviennent généralement pas à mobiliser les lecteurs ou à inciter les mouvements sociaux. De plus, les journalistes recherchent rarement des informations de manière indépendante, vérifient les allégations de vérité ou enquêtent sur la question de l'élevage industriel. Il sera soutenu que pour produire un journalisme précieux et de haute qualité, et pour que le journalisme remplisse ses obligations démocratiques, les journalistes doivent être prêts à prendre des risques, soumettre les revendications contradictoires à un examen minutieux et se libérer de la couverture médiatique stéréotypée conforme à certaines notions. « d'actualité » ou « d'objectivité ».

Grâce au cadrage médiatique, les médias attirent l'attention sur des événements spécifiques. La manière dont les médias structurent un problème peut déterminer à quel point le public le prend au sérieux (Londres 1993). Les résultats suggèrent que les rapports sur l'élevage industriel sont fondés sur des formules « suivant des formules, des valeurs et des structures rigides » et encouragent une lecture restreinte et insuffisante des événements (Moeller 1999, p. 14). La plupart des rapports sur l'élevage industriel sont de nature réactionnaire et réagissent à un événement spécifique en livrant les faits, mais en fournissant peu d'analyses. Ce type de reportage est ce que Snow et Benford appellent le « cadrage diagnostique », ce qui signifie qu'il identifie une condition ou un événement, mais offre peu d'analyses ou de solutions et ne parvient pas à mobiliser les lecteurs. Le cadrage du diagnostic parvient généralement à un consensus – « nous convenons tous que c'est faux » – mais l'action ne réussit pas automatiquement le diagnostic et le consensus (Snow & Benford 1988, pp. 199-201). Il est soutenu que la génération de motivation est séparée et distincte des méthodes de diagnostic de cadrage, il ne suffit pas de diagnostiquer un problème, un public doit être convaincu de la nécessité de action - ce que Snow et Benford appellent « encadrement de motivation » (Snow & Benford 1988, p. 202). En ce qui concerne la question de l'élevage industriel, ce besoin doit provenir de considérations morales étant donné que l'élevage industriel est d'origine humaine, nous avons un impératif moral d'agir dessus.

Il est avancé que le « cadrage motivationnel » mobilise les gens le plus efficacement - « ... les cadres de diagnostic seuls, peu importe à quel point ils sont richement développés, ne font pas grand-chose pour affecter la mobilisation de l'action... » (Snow & Benford 1988, p. 203). Le strict respect de l'objectivité n'est pas toujours souhaitable contrairement à une approche diagnostique, neutre et impartiale, le cadrage motivationnel utilise l'émotion pour inspirer le changement « les émotions font des choses, elles alignent et lient les individus dans des communautés » (Rodan & Mummery 2014). Un encadrement motivationnel efficace s'adressera aux gens d'une manière qui les encourage à être moralement réceptifs. Les journalistes ne sont pas esclaves d'une approche explicative ou d'une méthode de cadrage, de nombreuses méthodes sont disponibles et les journalistes devraient adopter autant de styles que possible afin d'inciter les citoyens à agir sur des questions qui ne les concernent pas directement (Adam 1993, pp. 34-35 ).

Une autre caractéristique commune aux reportages sur l'élevage industriel est le style de reportage « il a dit, elle a dit ». Le journalisme « Il a dit, elle a dit », un terme inventé par le critique des médias Jay Rosen, est la présentation de nouvelles sous la forme d'un dialogue entre les personnes interrogées, sans évaluation indépendante des allégations de vérité faites par le journaliste. Il s'agit d'une méthode de reportage bon marché et efficace, principalement le résultat des pratiques des salles de rédaction et des pressions exercées sur le respect des délais (Rosen 2009). Cette méthode stéréotypée découle de la nécessité de condenser l'information (Moeller 1999, p. 47). Le problème est que les reportages sont presque toujours plus complexes que la couverture qu'ils reçoivent. Les reportages réactionnaire et « il a dit, elle a dit » sont des formes paresseuses de journalisme dans lesquelles le journaliste « joue la sécurité ». Mais un journalisme de qualité exige des journalistes qu'ils prennent des risques. Les journalistes doivent être capables de porter des jugements précis. Avec un problème comme l'élevage industriel, il appartient au journaliste de faire une évaluation indépendante et de soumettre les allégations contradictoires à un examen indépendant (Rapport environnemental s.d). Trop souvent, les journalistes ne proposent aucune analyse et obligent le lecteur à décider ce qui est juste en fournissant un équilibre des sources de chaque côté du débat.

Fournir un équilibre des sources de chaque côté de l'argument ou offrir un traitement égal n'est guère impartial ou objectif lorsque la vérité tombe presque entièrement d'un côté. Il est courant que les rapports sur l'élevage industriel s'appuient sur des sources qui ont des intérêts particuliers dans la façon dont les animaux de ferme sont traités et utilisés. Ceux qui ont des liens financiers avec l'élevage industriel reçoivent une place égale dans les médias, bien qu'ils occupent souvent une place moins importante dans les rapports écrits. L'équilibre n'est pas nécessairement éthique « Les journalistes associent le milieu à la vérité, alors qu'il n'y a peut-être aucune raison de le faire » (Rosen 2009). Les journalistes doivent être capables de rejeter la notion d'équilibre lorsque l'équilibre devient biais (Rapport environnemental s.d.).

Il y a peu de variation dans les types de sources utilisées et dans la façon dont les journalistes structurent les histoires et leurs sources, cela peut conduire à un type de biais cognitif ou de confirmation dans lequel les gens ne voient que ce qu'ils veulent voir ou croire – « Le biais cognitif peut devenir un phénomène médiatique collectif lorsqu'un grand nombre de journalistes abordent une question sous un angle tout aussi biaisé… » (Nikkanen 2012 Jost et al 2009, p. 173-194). Les journalistes ont une myriade de sources à leur disposition - experts politiques, économistes, éthiciens, chercheurs agricoles, spécialistes des sciences sociales, comportementalistes animaliers, responsables gouvernementaux - et devraient en utiliser autant que possible. « La diversité n'est pas seulement là, elle se construit… » (Couldry 2015, p. 50).

Le cadrage médiatique d'un problème façonne la compréhension du public et les solutions possibles. Comme cela est typique des rapports diagnostiques et réactionnaires, les solutions au problème de l'élevage industriel sont rarement adoptées en raison d'une trop grande importance accordée aux diagnostics (Snow & Benford 1988, p. 199), et lorsqu'elles sont discutées, les solutions sont étroites. Au mieux, les rapports sur l'élevage industriel relient le comportement individuel à la perpétuation de l'élevage industriel, mais il peut être dangereux de réduire les modèles sociaux au comportement individuel, ou d'expliquer et de simplifier l'existence d'un système comme l'élevage industriel en se référant aux habitudes de consommation ou aux individus. les choix. Considérer l'élevage industriel comme un problème individuel avec des solutions individualisées étouffe le débat public, simplifie le problème, décourage l'action collective, néglige la nature politique et économique du problème et conduit à des solutions étroites (Snow & Benford 1988, p. 204). La conséquence inattendue est que « le lecteur reste préoccupé par un système exposé, mais ne sait finalement pas quoi faire » (Pearce 2011).

Ce type de rapport aborde les gens comme consommateurs plutôt que citoyens et est conforme aux valeurs démocratiques occidentales et libérales et à leur insistance excessive sur l'individualisme, l'autosuffisance, la liberté et l'autonomie – « … un cadre démocratique libéral minimise le sens aigu d'un objectif commun nécessaire pour sous-tendre la participation aux délibérations et à l'action conjointes » (Steiner & amp Roberts 2011, p. 193). En s'adressant aux lecteurs en tant qu'individus libres de faire leurs propres choix sur l'élevage industriel, les publics sont atomisés. Il n'y a aucun sentiment de communauté ou d'objectif partagé parmi les lecteurs. Encourager les gens à faire face aux problèmes sociaux comme citoyens démocrates, plutôt que consommateurs sur un marché, peut aider à favoriser une plus grande responsabilité morale et sociale, encourager l'engagement civique, créer des communautés et renforcer la démocratie. Les problèmes sociaux les plus enracinés de la société nécessitent un élargissement du discours et des solutions intersectorielles. Tenter d'écrire sur les problèmes sociaux d'un point de vue collectiviste est un moyen d'y parvenir (Basu-Zharku 2011). Le journalisme public ou civique met en évidence comment les citoyens peuvent aider à résoudre un problème et s'adresse aux lecteurs dans le cadre d'un public plus large et autonome. sphère publique" – capable de participation et d'action conjointes (Atton & Hamilton 2008, pp. 87-88). Cependant, le manque de solutions en matière de signalement n'est pas unique au signalement de l'élevage industriel, mais aux problèmes sociaux plus largement (Adkins Covert & amp Wasburn 2009, p. 56). Lorsque les problèmes sont suffisamment et solidement discutés, nous pouvons commencer à trouver des solutions vraiment efficaces (Atton & amp Hamilton 2008, pp. 92-93).

En fin de compte, il y a un manque de journalistes disposés à enquêter ou à faire des reportages sur l'élevage industriel ou le bien-être des animaux de ferme. La majorité des travaux d'enquête concernant les élevages industriels proviennent de lanceurs d'alerte ou de militants pour les animaux, et la majorité des articles sur l'élevage industriel sont simplement une réponse aux pires cas de cruauté obtenus devant la caméra. Aucune couverture signifie peu de compréhension et un intérêt minimal parmi les citoyens – « La réponse du public… est en corrélation directe avec la publicité qu'un événement reçoit » (Moeller 1999, p. 13). Les frais de justice élevés, les longues procédures judiciaires et les lois agressives peuvent être débilitants pour les journalistes et les médias, ainsi, un travail d'enquête de ce type peut être menaçant (Nikkanen 2012). Les considérations de temps et de ressources restreignent davantage la capacité d'un journaliste à faire des reportages sur l'élevage industriel. Les structures et les pratiques des salles de rédaction encouragent une couverture stéréotypée et générique. Les groupes de presse sont guidés par des budgets, ainsi, ils sélectionnent des histoires qui plaisent à la foule et qui nécessitent des ressources minimales (Moeller 1999, pp. 19-20).

Dans un sens, les journalistes ne sont pas ignorants sur la question de l'élevage industriel, ils sont ce que l'écrivain Margaret Heffernan a surnommé «volontairement aveugle» (TEDxDanubia 2013).Être volontairement aveugle, c'est avoir accès à des informations importantes, mais choisir de les ignorer - "Un homme entend toujours ce qu'il veut entendre et ignore le reste" (Alterman 2003). L'élevage industriel est une pratique profondément ancrée, commercialement impopulaire à traiter, et un sujet susceptible de mettre ses lecteurs mal à l'aise est susceptible de susciter des inquiétudes au sein des organes de presse dont l'objectif principal est de produire des informations qui se vendent. Cependant, les médias ne peuvent justifier leur rôle de « quatrième pouvoir » si leur préoccupation première est d'éviter de gêner ou d'irriter les lecteurs avec des vérités qui dérangent « … dominés par des journalistes soucieux de ne pas déranger les autorités et leurs lecteurs » (AFP 2015). De nombreux sujets ont le potentiel d'offenser ou de contrarier les gens, mais cela ne devrait pas dissuader les journalistes de les couvrir. Les journalistes ne doivent pas non plus toujours être encouragés à adopter une approche sans émotion et impartialité, dans le strict respect de l'objectivité (Alternative Journalism, p. 86). L'empathie et l'objectivité ne s'excluent pas mutuellement (Blank-Libra 2012). Comme discuté à propos des sources, un souci de neutralité et d'équilibre peut créer un biais d'information. La société a besoin de journalistes passionnés (Tumarkin 2010).

Rester silencieux ou apathique au nom d'intérêts commerciaux ou de la satisfaction du lecteur constitue une menace sérieuse pour la justice et la démocratie (Howley 2008). Les histoires ne doivent pas être négligées simplement parce qu'elles sont impopulaires ou difficiles à rapporter – le faire, c'est diluer le discours qui est essentiel à la démocratie. Les journalistes devraient plutôt s'engager dans un examen moral et rendre compte de sujets impopulaires de manière nouvelle et intéressante. Une société démocratique ne peut exister sans des citoyens bien informés (Steiner & Roberts 2011, pp. 192-193). Si les journalistes ne sont pas disposés à faire des reportages ou à enquêter sur l'élevage industriel, ils devraient encourager un plus grand engagement civique et public sur la question, ou travailler plus étroitement avec les journalistes citoyens et les militants des animaux pour en faire rapport. Une société véritablement démocratique nécessite un système de communication ouvert et démocratique - un système médiatique dans lequel une politique de voix, d'analyse et de dialogue peut s'épanouir. Les journalistes en Australie sont principalement libres d'écrire et de publier des informations sans crainte de punition ou de persécution, mais la liberté n'existe pas si vous ne l'utilisez pas.

La négligence des animaux de ferme et de l'élevage industriel dans les discussions médiatiques n'est pas surprenante. la philosophie de Descartes – que les animaux manquent de sensibilité – et des penseurs comme Emmanuel Kant qui mettait l'accent sur la rationalité humaine (AFP 2010). Le carnisme, un terme inventé par la psychologue Melanie Joy, fait référence à l'idée que manger de la viande est un choix et que les choix découlent toujours de croyances. Ainsi, les mangeurs de viande, consciemment ou inconsciemment, adoptent un système de croyance invisible, ou une idéologie qui les conditionne à manger certain ou spécifique animaux au sein de différentes cultures et sociétés - d'où le «carnisme» (Quoi est le carnisme ? s.d.). Ce concept est lié au phénomène de « l'ignorance affectée », dans lequel les gens nient les liens de causalité entre leurs actions et la souffrance des autres, choisissent de rester non informés et acceptent sans critique les normes et les coutumes de la société (Bergmann & Maller 2009, p. 2). Quelles que soient les raisons, les animaux que nous utilisons dans la production sont en grande partie invisibles pour nous.

Le schisme créé entre nous et les animaux de la ferme s'infiltre inconsciemment dans l'usage du langage, dont les journalistes ne sont pas à l'abri. Un langage spécifique normalise le traitement des animaux de ferme. Les animaux de ferme sont fréquemment transformés en marchandises et discutés « en masse » par l'utilisation de termes tels que « bovins », « animaux d'élevage » et « bœuf ». Le langage de l'industrie tel que « le bétail » crée une dichotomie entre nous-mêmes et les animaux non humains, on s'éloigne des animaux en ne les individualisant pas. « Cette « massification » des individus, qui les prive de toute caractéristique susceptible de susciter de la sympathie ou de l'attention, permet plus facilement leur exploitation » (Walters 2012, p. 105). Les animaux sont, dans le langage, définis par leur utilité pour les humains – d'où des termes tels que « vache laitière » et « rat de laboratoire ». Ces termes sont en grande partie inaperçus ou non critiqués, car l'utilisation d'un langage de ce type est routinière et normale. La répétition les a banalisés. Mais ces termes ne sont guère naturels - il va de soi que les vaches laitières ne sont pas des vaches laitières par nature, mais à cause de ce que les humains leur font. Plutôt que d'utiliser des termes qui définissent les animaux uniquement par leur utilité pour l'homme, peut-être pourrions-nous contester le Humain définition inhérente à ces termes, par exemple, on pourrait dire – « vaches utilisées pour la production laitière » ou « rats utilisés dans les laboratoires de recherche » au lieu de « vaches laitières » et « rats de laboratoire ». Cette utilisation réformée du langage décrit plus précisément la relation entre les animaux humains et non humains utilisés pour la consommation - non pas comme un contrat volontairement conclu - mais une relation dans laquelle la liberté de choix et d'agence sont extrêmement unilatérales. Il remet également en question la fausse conception selon laquelle les animaux ne peuvent être décrits et compris que sur la base de leur utilité pour les êtres humains.

Un autre problème est l'utilisation d'un langage biaisé tel que «soi-disant» et «prétendument» pour influencer les interprétations lors de la description des déclarations faites par les militants pour les animaux. Des termes tels que ceux-ci délégitiment les revendications et les arguments des défenseurs des animaux (Drake 2004, p. 53). Ils investissent un côté d'un débat avec de la valeur tout en dénigrant l'autre. Modifier le langage pour nier la réalité est un phénomène dont les médias sont volontairement complices – peut-être plus un produit de la paresse par opposition à un parti pris délibérément conscient. Cependant, la conformité permet aux termes d'entrer dans les médias sans être contestés. Les journalistes doivent respecter l'influence subconsciente des mots et des idées qui les sous-tendent.

Les médias ont un rôle important à jouer pour déterminer les problèmes sociaux et façonner le discours public et l'intérêt public qui en découle. S'appuyant sur une analyse qualitative et quantitative de la couverture de l'élevage industriel dans une variété de médias, la recherche a indiqué que la plupart des formes de médias accordent une couverture minimale à l'élevage industriel. De plus, la couverture est étroite, avec une forte dépendance à l'égard de récits monolithiques qui opposent un groupe à un autre et ne présentent qu'une chronologie des événements. Les problèmes sociaux ne peuvent être réduits à des récits isolés. Le récit est flexible et n'est pas lié à des formules immuables et rigides, la couverture doit transgresser les structures passives et stéréotypées.

Le succès de tout mouvement social peut être déterminé par la mesure dans laquelle il mobilise le public vers le changement social en ce qui concerne l'agriculture industrielle, les médias ont largement échoué à inciter le public à agir. L'environnement médiatique d'aujourd'hui favorise une éthique de conformité, de neutralité et d'objectivité et a apaisé la conscience des journalistes. Mais pour les journalistes, il ne devrait pas y avoir de neutralité face aux injustices sociales. Une citoyenneté informée exige des reportages moralement sensibles et politiquement engagés. Les journalistes d'investigation doivent être prêts à contester et à critiquer l'injustice ou les abus, la crédibilité de la profession en dépend.


Voir la vidéo: Discussion autour du Petit manuel déducation critique aux médias