Campagne de Napoléon en Russie

Campagne de Napoléon en Russie

En 1811, l'alliance formée entre la Russie et la France est rompue, en raison des souhaits du Le tsar Alexandre Ier conquérir Constantinople et à la nécessité de se rapprocher de la Grande-Bretagne, ennemie de la Russie après avoir rejoint le blocus du commerce britannique. Par conséquent, Alexandre Ier a exigé l'évacuation des armées françaises de Prusse et de Poméranie. NapoléonSe sentant trahi, il a répondu par une déclaration de guerre.

Ainsi commença en 1812 le Campagne de Russie. Napoléon mobilise la Grande Armée, composée de 600 000 de toutes les parties de l'Empire qui sont prêts à se battre pour la France. Les troupes gauloises obtiennent de bons résultats au début de la guerre et parviennent à envahir le territoire russe pendant six mois.

Cependant, une succession de problèmes conditionne l'échec français. Mais non seulement l'armée française a échoué, mais aussi toutes ces nations qui aspiraient autrefois à envahir la Russie, comme par exemple Hitler Dans la Seconde Guerre mondiale. D'un côté, extension territoriale cela rendait presque impossible le contrôle des zones conquises. Ce n'était pas une tâche fastidieuse car les Russes étaient plus nombreux, mais parce qu'ils devaient parcourir de longues distances dans un lieu plutôt hostile, ce qui facilitait le travail défensif russe.

D'un autre côté, il y avait l'hétérogénéité de l'armée. Beaucoup de gens le connaissaient comme le "Armée des Vingt Nations», Ce qui était un problème lors de la lutte pour des objectifs communs. Selon les données de l'époque, la nation avec le plus de troupes au sein du Grand Armeé n'était pas la France, mais la Prusse. Plus tard, après l'échec de cette action militaire, ce sera l'un des arguments les plus utilisés par les dirigeants prussiens pour se rebeller contre la domination politique de la Empire napoléonien.

Et enfin, il y avait le fait incontournable de Le déclin physique de Napoléon, ainsi que l'absence de plusieurs de ses généraux et maréchaux. L'empereur songeait à mener une guerre rapide et ardue, laissant les Russes incapables de répondre. Le 22 juin 1812, l'armée française franchit le Niémen et rencontra peu de résistance dans les batailles de Smolensk en août et de Borodino en septembre.

Il semblait qu'il avait un chemin clair vers Moscou, mais la vérité est que le général russe Koutouzov a mené une tactique de «terre brûlée"Et évité de s'engager"batailles décisives». De cette façon, les troupes napoléoniennes étaient à court de ravitaillement et l'armée en défense n'a pas subi de pertes considérables.

En octobre, Napoléon est entré à Moscou mais n'a trouvé qu'une ville en feu, dépourvu de tout type de nourriture. De plus, ce moment coïncidant avec la chute de la première neige, il ordonna donc le retrait des troupes sans qu'elles n'aient pu atteindre aucun de leurs objectifs.

L'armée française était censée atteindre Smolensk où elle avait ses réserves de ravitaillement, mais le vol était terriblement dur, alors que les Russes ont lancé une attaque le 23 octobre dans ce qu'on a appelé "bataille de Maloiroslavets». Le bilan était horrible, environ 7 000 soldats ont péri.

Mais la situation des survivants n'était guère meilleure, car le froid, atteignant 20 degrés sous zéro, et le manque de nourriture a décimé les troupes. Tentant de survivre, les soldats ont abandonné les munitions et les armes, les laissant extrêmement vulnérables aux attaques des défenseurs russes.

La campagne de Russie a pris fin et Napoléon s'est retrouvé dans une situation très délicate, car il a été vaincu, non par une armée, mais par le froid, la faim, la misère et la peur. Sur les 614 000 soldats partis, seuls 50 000 sont revenus. Un massacre qui lui a fait des ravages au niveau national, par une tentative de coup d'État, et internationalement, avec la formation de la sixième coalition et la volonté de la Prusse de se séparer de l'influence française.

Ce fut la première grande campagne que le stratège perdit et ce fut le début de la déclin de l'Empire français. Le sentiment national que les Russes avaient eu avait vaincu l'esprit envahisseur de la "Armée des Vingt Nations”.

Image: Domaine public

Passionné d'histoire, il est diplômé en journalisme et communication audiovisuelle. Depuis tout petit, il adore l'histoire et finit par explorer avant tout les 18e, 19e et 20e siècles.


Vidéo: Napoleon Russian Campaign Documentary 22 ARTE France DOCSIDE production