Les hommes préhistoriques de Madrid ont mangé des éléphants

Les hommes préhistoriques de Madrid ont mangé des éléphants

UNE j'étudie l'espagnol révèle que les êtres humains qui habitaient les bords de la rivière Manzanares à Madrid (Espagne) au Paléolithique moyen (il y a entre 127000 et 40000 ans) ils se nourrissaient de viande et de moelle osseuse de pachydermes. L'enquête présente des preuves convaincantes de marques de coupures et de coups sur les os d'éléphants trouvés dans le Dépôt Preresa (Madrid).

Selon les nouvelles informations, les humains qui peuplaient la région de Madrid il y a 84000 ans, ils se nourrissaient de la viande de ces grands mammifères et consommaient leur moelle épinière. Jusqu'à présent, la communauté scientifique doutait que la consommation de viande d'éléphant soit une pratique courante à cette époque, en raison du manque de preuves sur les os.

Les chercheurs ont trouvé des os avec des marques de coupure qui ont été faits pour consommer la viande et battre pour obtenir la moelle épinière. "Il existe de nombreux sites mais peu de restes fossiles avec des marques qui montrent qu'il y avait des fins humaines», Commente le chercheur de l'Université Complutense de Madrid, José Yravedra.

C'est la première fois que les repères affichent un fracture osseuse intentionnelle. Cela aurait été produit pour accéder à la moelle. Les chercheurs les ont attribués à l'obtention d'outils, mais les ont jetés, car tous les ustensiles de la même zone étaient en silex et en quartz.

Une autre étude de Yravedra conclut que les marques de coupure sur les restes fossiles sont ajoutées à "la plus ancienne preuve de l'utilisation des éléphants”Au champ d'Áridos (près de la rivière Jarama). "Il existe quelques enregistrements de l'exploitation des éléphants en Sibérie, en Amérique du Nord et en Europe centrale», Expliquent les chercheurs.

À l'époque préhistoriqueLa chasse aux animaux était risquée et exigeait une quantité d'énergie considérable. Alors quand les gens de la Paléolithique moyen ils avaient un éléphant pour se nourrir, ils en profitaient autant qu'ils le pouvaient.

Les organes internes étaient la première chose que les prédateurs mangeaient, s'il s'agissait d'humains ou d'un autre type de carnivore. Les chercheurs tentent de déterminer si les humains étaient des chasseurs ou des charognards, car on ne sait pas comment ils auraient pu se retrouver avec des animaux d'une telle taille.
José Yravedra soutient que c'est le "prochain mystère" qui doit être résolu.

En outre, rappelez-vous qu'il y a des signes de chasse chez d'autres animaux plus petits sur le même site. Dans le cas de éléphants, Il est plus difficile d'établir si les humains ont utilisé leur viande, principalement en raison de l'épaisseur des membranes fibreuses et des couches de peau. Autant que nos ancêtres les chassaient, il était difficile pour leurs armes de pénétrer jusqu'aux os.

La graisse animale était très appréciée des chasseurs et des cueilleurs qui avait une alimentation riche en viande et pauvre en glucides. Lorsqu'il y avait peu de viande, d'autres ressources telles que la moelle osseuse devenaient une bonne source de lipides.

Selon l'étude, cette pratique n'était pas très courante en raison de la difficulté à extraire la moelle des os. De plus, l'utilisation de graisse était inconnue jusqu'à aujourd'hui. Ils avaient d'autres sources de nourriture comme le cerveau, qui avait les mêmes avantages nutritionnels.

L'équipe en charge de la fouille et de l'enquête est composé d'archéologues, d'archéologues de zoo et de géologues de l'Université Complutense de Madrid, de l'Institut d'Évolution en Afrique (Madrid) et du Centre National de Recherche sur l'Évolution Humaine (Burgos). Au total, ils ont collecté 82 os d'un éléphant, liés à 754 outils en pierre sur une superficie de 255 mètres carrés sur le site de Preresa.

La source: Fécyt

Passionné d'histoire, il est diplômé en journalisme et communication audiovisuelle. Depuis tout petit, il adore l'histoire et finit par explorer avant tout les 18e, 19e et 20e siècles.


Vidéo: Lhomme de Florès