Les archéologues suisses veulent confirmer le corps du héros suisse Jürg Jenatsch

Les archéologues suisses veulent confirmer le corps du héros suisse Jürg Jenatsch

Un groupe de chercheurs a rouvert une tombe en Suisse pour voir si des tests ADN peuvent confirmer qu'elle contient le corps du héros et assassin du 17ème siècle Jürg Jenatsch. Se croit que Jenatsch a été enterré sous les dalles de la Cathédrale de Coire (Suisse). En 1959, l'anthropologue Erik Hug a exhumé un corps, qu'il a identifié comme celui de Jenatsch sur la base des vêtements qu'il portait et de la grande ecchymose sur son crâne.

Aujourd'hui, les archéologues l'ont à nouveau déterré, avec l'intention de l'identifier une fois pour toutes avec cette nouvelle technique. Ils étudient également son crâne à l'aide d'un scanner à l'hôpital local, espérant pouvoir reconstituer son visage et le comparer aux peintures du célèbre Jenatsch de l'époque.

L'histoire de Jenatsch est pleine de mort et remonte à la Guerre de trente ans. Les Grisons, aujourd'hui canton suisse, étaient une république indépendante et était en conflit constant entre protestants et catholiques pour dominer l'Europe. Il apparaît Jürg (aussi appelé Jörg, ou Gieri) Jenatsch - un prédicateur protestant, un épéiste qualifié et un chef de masse.

Dans l'un de ses anecdotes les plus sanglantes on dit qu'il a conduit un groupe d'hommes qui ont pris d'assaut le château de Pompeis Planta, un noble qui était le chef du parti en faveur des Autrichiens. Selon cette histoire, Plant savait qu'ils allaient l'attraper, alors il s'est caché dans la cheminée, ne sachant pas qu'il serait trahi par le comportement curieux de son chien. Le noble a été emmené par les assaillants et tué sur place. La légende veut que Jenatsch l'achève avec une énorme hache.

Plus tard, le prédicateur a changé de camp et s'est allié aux catholiques après avoir abandonné la croyance protestante. C'était inexcusable pour certains de ses anciens collègues. Une nuit au carnaval de 1639, dans une taverne de Coire, il a été entouré de plusieurs hommes masqués qui l'ont attaqué et lui ont pris la vie. Selon la légende, sa mort est survenue avec la même hache que des années auparavant, il avait utilisé pour tuer Planta. Son corps a été rapidement enterré dans la cathédrale de Coire un jour plus tard.

L'archéologue Manuel Janosa, qui mène l'enquête renouvelée sur le corps affirme qu'il s'est intéressé à "l'idée d'étudier l'ADN" lorsqu'il a appris qu'il y avait des parties de ses vêtements qui contenaient "taches de sang». Pour mener à bien cette étude, il a contacté les descendants de la famille de Jenatsch qui ont volontairement donné leurs échantillons d'ADN.

Cependant, le sang prélevé sur les vêtements du cadavre ne suffit pas à créer un profil génétique, il a donc dû être exhumé à nouveau. Janosa explique que son équipe d'enquête tente de rassembler autant de preuves que possible pour attribuer une identité au défunt. Si à la fin ils ne peuvent pas obtenir de correspondance ADN, ils devront «se fier à d'autres preuves».

Tête de Randolph est un historien américain d'origine suisse qui a écrit un livre sur le célèbre personnage intitulé: "Hache de Jenatsch». Pour lui, Jenatsch était «un homme de son temps». Il soutient que son époque a été caractérisée "par une instabilité et une crise d'identité" mais sa personnalité était "en phase avec cette époque, lui permettant d'avancer à la fois économiquement et socialement, d'une manière qu'il n'aurait pas pu faire dans un temps plus calme”.

L'historien américain rejette tout doute possible sur l'identité du corps découvert à Coire: “Je ne vois aucune raison de douter que les os découverts en 1959 étaient ceux de Jenatsch. Les blessures sur son crâne et son corps concordent assez clairement avec les témoins de son époque”.

Cependant, oui ça parle d'un mystère à révéler: “Le mystère qui reste ouvert n'est pas qui est enterré dans la tombe de Jenatsch, mais qui a tué Jenatsch. Et ce sujet qui l'a fait, nous pouvons essayer de le deviner mais pour la recherche historique, il sera impossible d'en trouver des preuves irréfutables”.

Le recteur de la cathédrale de Coria, le révérend Harald Eichhorn, commente qu'il suppose «Qu'est-ce que Jenatsch de la tombe", Puisque tous les chercheurs et historiens"ils ont toujours été en sécurité». Sur Jenatsch, il soutient: «C'était une figure très polyvalente. Un homme des extrêmes. Un politicien, un ecclésiastique, un soldat et même un terroriste. Mais il est une figure importante dans les Grisons, autant que Guillaume Tell pour le reste de la Suisse.». Interrogé sur la question de savoir si Jenatsch mérite d'être enterré dans la cathédrale, Eichhorn explique qu'il y a "de nombreux types de morts enterrés" et que, "s'il a été enterré aussi longtemps, il vaut mieux le laisser reposer en paix”.

Passionné d'histoire, il est diplômé en journalisme et communication audiovisuelle. Depuis tout petit, il adore l'histoire et finit par explorer avant tout les 18e, 19e et 20e siècles.


Vidéo: Lexpo en bref: Les origines du monde au musée dOrsay